Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 juin 2021 1 21 /06 /juin /2021 09:06

Au niveau départemental comme au niveau national, la première et principale information qu’il faut retenir des scrutins régionaux et départementaux du dimanche 20 juin est le niveau de l’abstention : avec près de 73 % le Val-d’Oise se hisse tout en haut de la liste des territoires dans lesquels nos concitoyens ont boudé les urnes. Cette abstention est plus forte encore dans les quartiers populaires.

Cette dépression démocratique démontre encore à quel point notre système institutionnel est mal en point et que la confiance entre les citoyens et leurs institutions, mais aussi les organisations politiques qui donnent d’elles un spectacle peu reluisant, est profondément atteinte.

Il ne suffira pas pour que les Valdoisiens et les Français retrouvent le chemin des urnes de leur « faire la leçon » et de leur donner des ordres. Le débat politique doit sortir de la médiocrité, l’intérêt général et les convictions doivent redevenir les boussoles des partis politiques, notamment de gauche, plutôt que les jeux d’appareils et les querelles accessoires.

Au niveau des élections départementales, la Gauche Républicaine et Socialiste se réjouit des scores encourageants réalisés par ses candidats sur les cantons de Vauréal et de Cergy 1 où ils se présentaient pour la première fois sous nos couleurs. Nous constatons que la droite renforce ses positions dans un département qu’elle dirige depuis sa création (sauf 3 années de 2008 à 2011). Le score du Rassemblement national dans le département démontre que contrairement aux commentaires des chaînes d’information, l’extrême droite reste un danger ancré dans nos territoires. Pour le second tour, la Gauche Républicaine et Socialiste appelle donc partout à faire battre les candidats des droites libérales (LREM), conservatrices (UVO/LR) et extrêmes (RN) ; nous n’apporterons pas notre caution aux candidats qui ont pactisé avec la droite ou les macronistes.

Au niveau des élections régionales, le score des listes de gauche démontre l’effort qui reste à faire pour recréer la confiance avec les catégories moyennes et populaires. La division au premier tour, alors que les programmes étaient si proches qu’ils ne la justifiaient en rien, n’a pas non plus aidé à mobiliser les électeurs. La Gauche Républicaine et Socialiste se réjouit que Julien Bayou, Audrey Pulvar et Clémentine Autain aient immédiatement annoncé leur intention de constituer une liste commune pour le second tour. La Gauche Républicaine et Socialiste appelle à voter massivement pour cette liste de rassemblement de la gauche et des écologistes qui sera conduite par Julien Bayou et qui – si les électeurs le lui permettent – est en capacité de battre la droite conservatrice de Valérie Pécresse et lui reprendre le conseil régional, après 6 années d’actions calamiteuses.

À plus long terme, nous appelons la gauche et les écologistes à se concentrer sur les priorités réelles de nos concitoyens pour construire une alternative de progrès social et écologique et se mettre enfin au travail pour reconquérir les catégories populaires et moyennes qui se sont massivement abstenues aujourd’hui.

Il faudra tenir réellement compte du Crash démocratique du 20 juin 2021
Partager cet article
Repost0
8 mai 2021 6 08 /05 /mai /2021 12:39
Départementales 2021 : la GRS du Val-d'Oise s’engage

La Gauche Républicaine et Socialiste présentera et soutiendra des candidats pour un département plus solidaire et vraiment engagé pour l’écologie. Nous avons plaidé auprès de l’ensemble des forces de gauche et des écologistes pour le rassemblement le plus large ; c’était une nécessité pour porter avec efficacité une alternative contre les conservateurs qui dirigent depuis trop longtemps le Val-d’Oise. Cela n’a pas été possible et nous le regrettons.

Nous avons donc choisi de présenter des candidats sur plusieurs cantons et de soutenir des rassemblements qui portent l’exigence de justice sociale, le renforcement des services publics, un investissements massifs dans nos collèges et un soutien renforcé pour la santé publique. Nos choix résultent également du refus de toute ambiguïté concernant Emmanuel Macron et ses soutiens.

Candidats et tickets présentés par la Gauche Républicaine et Socialiste

Canton de Vauréal :

  • titulaires : Didier Dague, conseiller municipal GRS de Courdimanche ; Kinjal Damani-Beurel, engagée dans Attentiv', professeure des écoles

  • remplaçants : Xavier Costil, conseiller municipal et communautaire GRS de Courdimanche ; Linda Hella, conseillère municipale et communautaire (divers gauche) de Jouy-le-Moutier

Canton de Cergy 1 :

  • titulaires : Augustin Belloc (GRS) étudiant ; Keltoum Rochdi, adjointe au maire (Attentiv') et conseillère communautaire de Cergy

  • remplaçants : Dominique Couturat (Génération.s) ; Flore Tang (Attentiv')

Tickets soutenus

Canton Cergy 2 :
Soutien au ticket de rassemblement conduit par Elina Corvin, adjointe au maire EELV de Cergy, et Brice Errandonea, conseiller municipal LFI de Jouy-le-Moutier

Canton de Deuil-la-Barre :
Soutien au ticket de rassemblement conduit par Célia Jousserand (EELV) et Thierry Mérel, conseiller municipal PS de Deuil-la-Barre

Canton de Domont :
Soutien au ticket de gauche conduit par Didier Soavi et Rebecca Martial

Canton de Fosses :
Soutien au ticket de rassemblement conduit par Catherine Delprat, maire PS d'Écouen, et Pierre Barros, maire (app. PCF) de Fosses

Canton de Garges-lès-Gonesse :
Soutien au ticket de rassemblement conduit par Christophe Dieu (PS) et Myriam Dien (PCF)

Canton d’Herblay :
Soutien au seul ticket de gauche conduit par Gérald Bouteillé (PCF) et Laure Botella (PS)

Canton de Montmorency :
Soutien au ticket de rassemblement conduit par François Delcombre (EELV) et Sandra Philippe (PS)

Canton de Pontoise :
Soutien au ticket de rassemblement conduit par Julien Foucou (LFI) et Bénédicte Aries, conseillère municipale EELV de Pontoise

Canton de Saint-Ouen-l'Aumône :
Soutien au ticket de rassemblement conduit par Jérôme Durieux, conseiller municipal Génération.s de Méry-sur-Oise, et Marie-Noëlle Fratani, conseillère municipale LFI de Saint-Ouen-l'Aumône

Canton de Sarcelles :
Soutien au ticket conduit par Patrick Haddad, maire PS, et Déborah Sebbagh, conseillère départementale PS

Partager cet article
Repost0
29 avril 2021 4 29 /04 /avril /2021 14:17
Canton d'Argenteuil-Bezons : Le « mariage de la carpe et du lapin » va tuer la gauche - communiqué du PCF Bezon et de la GRS Bezons

Alors que les négociation étaient encore en cours avec les principales forces de gauche (Génération.s, EELV, PS, PCF, GRS, GDS, LFI) sur certains cantons du département, le comité départemental du Parti communiste du Val-d'Oise en a décidé autrement en y mettant un terme.

Sous la pression de l'intérimaire au poste de secrétaire fédéral du PCF95, la consulation des militants a été évacuée, contrairement aux règles démocratiques de nos organisations. Tel est le cas à Bezons !

Nos propositions de présenter ensemble pour le canton Argenteuil 3 (Argenteuil-Bezons) des candidats de la GRS et du PCF et d'élargir ce rassemblement à d'autres forces politiques de gauche (Génération.s, EELV, GDS, LFI) ont été balayées avant même d'être examinées et alors même que la consultation auprès des militants communistes de Bezons était engagée. Contrairement aux principes démocratiques qu'avait toujours portés le regretté Alain Feuchot, Cécile Dumas a donc imposé Marjorie Noël et Dominique Lesparre, qui s'étaient déjà autoproclamés candidats. Ces candidats ne sont pas ceux des communistes bezonnais et ne nous représentent pas.

Il est désastreux de présenter aux électeurs deux personnes qui, farouchement opposées l'une à l'autre aux dernières élections municipales, ont par le comportement provoqué la défaite d'une municipalité d'union de la gauche.

Nous refusons ces pratiques anti-démocratiques. Cette stratégie laisse un boulevard à des conseillers départementaux, inutiles et inefficaces depuis 6 ans, et renforce la droite et l'extrême droite. Ces méthodes encouragent également l'abstention.

Nous prendrons nos responsabilités et nous continuerons, ensemble, à défendre les intérêts des Bezonnais. À cette heure, aucune candidature aux élections départementales pour le canton d'Argenteuil 3 ne correspond à cet impératif.

Partager cet article
Repost0
24 décembre 2020 4 24 /12 /décembre /2020 16:07

Voici donc que 26 maires de droite, du Val-d'Oise dont Philippe Rouleau maire d'Herblay, se fédèrent pour dénoncer la loi SRU qui serait, selon eux, inapplicable et de nous expliquer que doter leurs communes de 25% de logements sociaux en 2025 est absolument impossible. Alors nous allons peut-être rétablir certaines choses car tout de même il ne faut trop se moquer du monde.

La loi SRU a été promulguée fin décembre 2000 et cette loi relative à la Solidarité et au Renouvellement Urbains imposait aux communes importantes (+ 1500 habitants en île de France) de disposer d'au moins 20% de logements sociaux. C'était donc il y a exactement 20 ans ... oui oui 20 ans.

En janvier 2013, le taux de logements sociaux est passé à 25% à l'horizon 2025 (loi Duflot) c'était donc il y a 8 ans (à un mois près). Et donc fin 2020, ces messieurs dames Maires nous disent qu'il n'est pas possible d'atteindre un objectif fixé par la loi 8 ans plus tôt.

Ce n'est pas une blague, c'est juste la position traditionnelle de la droite depuis la loi d'origine du gouvernement Jospin. Cette loi n'est pas faite pour ennuyer le monde, elle avait pour objet de facilité la mixité sociale et "mélanger" ménages aisés et modestes. [et limiter aussi la spéculation foncière et immobilière]

Alors si tout le monde avait joué le jeu depuis le départ et continué à le faire nous n'en serions pas là. Le non respect de la loi n'est pas un choix structurel de l'habitat urbain, c'est un choix politique.

En France, sur les 1.152 communes concernées par la loi SRU, 629 ont déjà atteint les 25% de logements sociaux, et 523 pas encore dont 283 n’en sont même pas à la moitié.

Parmi les villes de plus de 100.000 habitants, quatre sont très en retard : Nice, Toulon, Aix-en-Provence et Boulogne-Billancourt ➡️ toutes des villes avec un maire de droite.
Vous avez bien lu, 629 ont atteint l'objectif de la loi ... c'est donc bien qu'il est parfaitement possible et réalisable de respecter les 25% de logements sociaux.

Les 26 "rebelles" valdoisiens feraient mieux de s'interroger sur leurs propres actions à propos du logement social. S'ils n'atteignent pas l'objectif ce n'est pas en raison de la loi mais plutôt par manque de volonté politique et choix d'urbanisation, le logement social n'étant pas l'une de leurs priorités.

(source chiffres Le Monde)
Merci à Jean-François Dupland pour cette démonstration impeccable !

Logement social : La loi SRU n'est inapplicable que pour les égoïstes et les maires de mauvaise volonté !Logement social : La loi SRU n'est inapplicable que pour les égoïstes et les maires de mauvaise volonté !
Partager cet article
Repost0
24 août 2020 1 24 /08 /août /2020 22:00

Alors que le gouvernement n'envisage toujours pas de considérer le masque comme un bien indispensable et de première nécessité, alors que son port est nécessaire à la santé publique et qu'il l'imposera à la rentrée aux collégiens, la Gauche Républicaine et Socialiste du Val-d'Oise demande au Conseil départemental du Val-d'Oise de fournir à leurs familles ces masques.

Il s'agit d'une mesure d'égalité républicaine et d'efficacité sanitaire.

Cette mesure n'est pas impossible à mettre en oeuvre, elle est déjà décidée dans d'autres départements d'Île-de-France.

La Gauche Républicaine et Socialiste du Val-d'Oise appelle l'ensemble des élus et des forces de gauche du département à relayer cette exigence. Des kits de masques lavables sont stockés par centaines de milliers dans entreprises françaises qui en avaient début la fabrication ; la Gauche Républicaine et Socialiste exige leur distribution gracieuse aux foyers français et en appelle aux pouvoirs publics pour que les prix des masques jetables soient enfin plafonnés.

Les collégiens du Val-d'Oise doivent recevoir des masques pour la rentrée
Partager cet article
Repost0
12 août 2020 3 12 /08 /août /2020 16:00

La Gauche Républicaine et Socialiste du Val-d'Oise s'associe à l'appel des partis de gauche valdoisiens condamnant l'accord passé entre le département et la société Huawei.

L'oppression des Ouïghours est un scandale dont nous ne saurions nous rendre complices. Les persécutions n'ont que trop duré.

Huawei : appel des partis de gauche du Val-d'Oise sur l'exploitation des prisonniers Ouïghours
Partager cet article
Repost0
26 février 2020 3 26 /02 /février /2020 10:26

Vous retrouverez ici les premières vidéos de campagne des candidats de la Gauche Républicaine & Socialiste dans le Val-d'Oise.

Le lancement de campagne de "L'avenir ensemble" à Montmorency, avec Adélaïde Piazzi, conseillère municipale et avocate, et Hélène Bonnet, militante associative.

La présentation des propositions phares de la liste "Avec Dominique Lesparre, vivons Bezons", où nos camarades Frédéric Faravel, coordonnateur national adjoint des pôles thématiques de la GRS, et Martin Lolo, adjoint au Maire...

La présentation de la liste "Herblay, écologique et solidaire", conduite par notre camarade Jean-François Dupland, qui rassemble toutes les forces de gauche et écologistes.

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2019 1 28 /10 /octobre /2019 18:16
Eaubonne, ce dimanche 27 octobre. Une trentaine de Gilets jaunes, accompagnés de syndicalistes et de militants politiques se sont réunis pour rendre le parking de l’hôpital gratuit pendant quelques heures. LP/Julie Ménard

Eaubonne, ce dimanche 27 octobre. Une trentaine de Gilets jaunes, accompagnés de syndicalistes et de militants politiques se sont réunis pour rendre le parking de l’hôpital gratuit pendant quelques heures. LP/Julie Ménard

Une trentaine de manifestants ont bloqué ce dimanche après-midi les barrières du parking de l’hôpital pour le rendre gratuit. D’autres actions devraient suivre.

Par Julie Ménard - Le Parisien Val-d'Oise - Le 27 octobre 2019 à 19h14, modifié le 27 octobre 2019 à 20h15

« Parce que le service public doit rester gratuit, son accessibilité doit l'être aussi. » Le panneau placardé sur la barrière du parking de l'hôpital Simone-Veil d'Eaubonne-Montmorency donne le ton. Ce dimanche après-midi, une trentaine de Gilets jaunes, épaulés par des militants politiques et des syndicalistes, ont investi les lieux pour offrir la gratuité aux visiteurs, là où ils doivent normalement s'acquitter de 0,50 € par quart d'heure de stationnement. « Quand on vient voir un proche malade, ce n'est pas par plaisir, souligne Hervé, Gilet jaune de la première heure à Saint-Brice. On ne devrait pas avoir à payer le parking. »

«Ce n'est pas normal de devoir payer pour voir un malade»

Une à une, les voitures passent le barrage sous les salutations des manifestants. Au volant, tout le monde à le sourire. « Merci beaucoup pour ce que vous faites et bon courage », leur lance une conductrice. « Vous avez raison, ce n'est pas normal de devoir payer pour voir un malade », ajoute un autre bénéficiaire de cette gratuité temporaire. Organisés, les manifestants ont même prévu les parapluies pour se cacher des caméras de surveillance.

La grève du 5 décembre en vue

Cette action menée par les Gilets jaunes de Saint-Brice, Taverny et Herblay, a également regroupé quelques syndicalistes de la CGT, de FO et des militants du PCF, du PG, de la Gauche républicaine et socialiste. « C'est la convergence des luttes, on prépare la grève générale du 5 décembre dans toute la France, explique Christine, fonctionnaire. Gendarmes, pompiers, enseignants, personnels hospitaliers, citoyens, on se mobilise tous pour la même chose. »

«Depuis un an, notre pouvoir d'achat a encore baissé»

Ce qu'ils demandent ? La même chose que depuis le début des mobilisations en décembre 2018. « On veut plus de pouvoir d'achat, depuis un an il a encore baissé, souligne Odile qui rejoint chaque samedi le cortège parisien des Gilets jaunes. La mutuelle, le gaz, l'essence, l'électricité, tout augmente. »

Et bien que certains soient présents sur les ronds-points chaque week-end, toujours aussi déterminés, ils passent désormais à la vitesse supérieure. « Les gens se sont habitués à notre présence sur les ronds-points et en haut de la pyramide ça ne bouge pas, on ne nous écoute pas, souffle Martine, Gilet jaune fidèle au poste à Herblay. Il faut changer notre mode d'action pour que ça change. »

 

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2019 3 23 /10 /octobre /2019 09:49
bureaux de poste fermés ou transformés en point contact dans le Val-d'Oise

bureaux de poste fermés ou transformés en point contact dans le Val-d'Oise

Le Val-d’Oise ne compte plus que 100 bureaux de poste de plein exercice. De Fontenay-en-Parisis en passant par Argenteuil, Menucourt, Le Thillay, Mareil-en-France, Cergy, Bezons ou encore Montmagny, c’est une hécatombe ! Tout conduit à penser que les fermetures vont se poursuivre.

C’est la suite logique de la transformation du Groupe La Poste en société anonyme à la fin des années 2000 ; la gauche sociale et politique avait alors mené campagne – recueillant 1 million de signatures – contre ce nouveau statut. Le PS au pouvoir n’avait finalement rien réparé.

La diminution du nombre de bureaux de poste c’est concrètement :

  • un accès plus difficile pour les plus modestes aux services bancaires qui font partie des missions obligatoires du groupe ;
  • des restructurations permanentes des organisations de travail des postiers ce qui malmène la distribution obligatoire du courrier partout 6 jours sur 7, autre obligation légale essentielle fixée au groupe.

Le Val-d’Oise n’est pas le plus touché par les dégradations de service mais il faut stopper cette dérive. Le développement d’internet ne peut remplacer la réponse aux besoins des usagers qui sont ainsi laissés en rade.

D’autres défaillances graves se font sentir qui abîment les obligations de service public de La Poste comme la distribution de la presse.

Le Groupe La Poste a choisi de s’engager dans une logique financière de plus en plus éloignée de sa vocation initiale – comme le traduit son acquisition de l’assureur CNP.

La Gauche Républicaine & Socialiste exige un retour à un maillage plus resserré du territoire dans le Val-d’Oise.

Elle propose aux partis de gauche, au syndicats et aux associations du département de préparer en commun une pétition en ce sens dans les prochaines semaines.

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2019 4 10 /10 /octobre /2019 14:55

Importante mobilisation des associations et des citoyens contre le projet de Terminal 4 à Roissy Charles De Gaulle lors d’une réunion qui s’est tenue le 9 octobre dernier, dite « de concertation » organisée par Aéroports de Paris.

Tentative de museler la parole des participants en les « parquant » dans des salles annexes à celle où se tenait la présentation du T4, glorifié par ses promoteurs : ADP, l’Etat…

C’étant sans compter sur la colère de l’auditoire qui ne s’est pas laissé abuser par ce prétendu retour de concertation, qui en réalité, ne retraçait aucun des débats induits par ce projet et surtout, ne présentait aucune solution adaptée aux problèmes soulevés.

Mais s’agissant d’un projet d’un autre temps en ce qu’il est une atteinte à la santé publique, en ce qu’en matière d’environnement il organise la fuite en avant vers toujours plus de pollution, y a-t-il une solution en dehors du renoncement ?

Non, c’est la réponse que les associations et les citoyens ont scandé en quittant les salles.

Adélaïde Piazzi, conseillère municipale GRS de Montmorency

Partager cet article
Repost0