Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 mai 2012 4 24 /05 /mai /2012 12:35

554349_4070868618405_1483063331_33503736_11963342_n.jpg

Partager cet article
Repost0
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 10:37

3fleches.jpgLe Parti Socialiste a mené sous la direction d'Alain Bergougnioux, directeur de La Revue Socialiste, un travail d'analyse et de décryptage de l'idéologie et du programme national-populiste du Front National. Nous tenons à vous le faire partager, car le combat contre l'extrême droite fascisante est plus déterminant que jamais, tant la lepénisation des esprits poursuit son oeuvre délétère dans la société française et au sein des partis traditionnels de droite.

Vous pouvez télécharger ici le document.

Voici l'avant propos de la brochure :

Face au Front national et à tous les dangers pour notre pays, la meilleure réponse tient dans des politiques capables de répondre aux problèmes de celles et ceux qui ne voient plus de solutions à la crise actuelle. C’est l’ambition que nous portons dans les campagnes présidentielle et législatives de 2012.

Cela ne veut pas dire évidemment qu’il faille renoncer à la critique des affirmations et des programmes du Front national. Les militants politiques que nous sommes doivent mener le débat avec toutes celles et tous ceux qui sont tentés de voter pour le Front national de Marine Le Pen. Là, il faut éviter les fausses querelles. Il est convenu de dire qu’une critique «moralisatrice» n’a aucune efficacité. Cela est vrai si l’on s’en tient là.

Mais privilégier les réponses concrètes pour démontrer les mensonges et montrer les effets négatifs des positions du Front national, ne doit pas amener à ne pas défendre des principes et des valeurs. Car, avec ce mouvement politique, nous ne sommes pas simplement dans le domaine de l’erreur ou de la vérité : son projet porte la violence et la recherche permanente des boucs-émissaires à l’intérieur comme à l’extérieur du pays. Le Front national ne résout rien et ses mesures ne feraient qu’aggraver les difficultés des Français, à commencer par les classes moyennes et les ménages modestes. S’il continuait à se renforcer, le péril serait fort. Car, toutes les composantes de l’autoritarisme sont présentes dans sa pensée et ses pratiques.

Ces convictions et cette analyse expliquent la nature de cette brochure. Nous prenons les problèmes que pose le Front national par tous les bouts. Il importe, en effet, d’avoir une vision globale du projet du Front national pour le caractériser et voir ce qui fait sa logique profonde, au-delà des variations actuelles. L’examen de ses principaux thèmes de propagande et des mesures affichées est indispensable et nous y consacrons une part importante, pour une réfutation concrète. Il est également utile d’avoir présent à l’esprit ce que le Front national a fait et défait quand il a exercé et exerce des responsabilités effectives. Certes les échecs des quelques municipalités dirigées par le Front national dans les années 1990 sont déjà lointains. Mais les votes des délégations frontistes, aujourd’hui, dans les conseils régionaux, sont souvent révélateurs. Enfin, il est intéressant, pour relativiser la «modernisation» qu’apporterait Marine Le Pen à son parti, de noter chez les cadres qui constituent la «jeune garde» actuelle leurs engagements antérieurs, pour la plupart idéologiquement marqués par l’extrémisme.

Ce travail a pour finalité d’offrir des éléments précis pour notre campagne dans nos réunions, nos tracts, nos sites d’informations.


Alain Bergounioux

Directeur de La Revue Socialiste

Partager cet article
Repost0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 08:13


«Les propos de Claude Guéant sont une nouvelle... par PartiSocialiste

Le porte-parole du Parti socialiste, Benoît Hamon est revenu sur les déclarations de Claude Guéant lors point presse : cette provocation est «une nouvelle illustration du grand détournement de l'objet de cette campagne auquel Sarkozy se consacre, où tout est mis en œuvre pour que cette campagne ne porte ni sur le bilan de Sarkozy ni sur les questions qui préoccupent les Français : le pouvoir d'achat, l'emploi, la santé et l’éducation

Cette tentative de détournement de ce qui devrait faire l'objet du débat politique est traduite par des provocations puis par des explications confuses des dirigeants de l'UMP. «C'est une politique de la terre brulée qui vise à essayer d'entraîner les autres acteurs du débat démocratique, et présidentiel sur un terrain qui est très éloigné des questions qui font le quotidien des français», a-t-il rappellé.

«Le Parti socialiste ne se laissera pas embarquer dans cette tentative de détournement», a conclu Benoît Hamon.

Partager cet article
Repost0
24 mai 2011 2 24 /05 /mai /2011 17:14

L’établissement de Gonesse est en grève aujourd’hui pour dénoncer l’expulsion de Sandra Tarazona, une prof d’espagnol. En fin de contrat, cette Colombienne doit quitter la France avant vendredi.

LAURENCE ALLEZY (avec L.H.) | Publié le 24.05.2011, 07h00

CRÉTEIL (VAL-DE-MARNE), HIER SOIR. Une manifestation de sans-papiers a été organisée devant la préfecture. La prof d’espagnol de Gonesse, Sandra Tarazona, y participait.

CRÉTEIL (VAL-DE-MARNE), HIER SOIR. Une manifestation de sans-papiers a été organisée devant la préfecture. La prof d’espagnol de Gonesse, Sandra Tarazona, y participait. | (LP/DENIS COURTINE.) 

On se mobilise au lycée René-Cassin de Gonesse pour sauver Sandra Tarazona. Cette Colombienne de 30 ans, professeur d’espagnol remplaçante dans l’établissement, est sous le coup d’une mesure d’expulsion. Alors que son contrat prend fin aujourd’hui, elle devrait avoir quitté la France, direction Bogota, avant vendredi. Une situation qui scandalise ses collègues et l’administration du lycée, mais aussi ses élèves de 2de, 1re et terminale à qui elle enseigne l’espagnol depuis février.

Tous la soutiennent en stoppant les cours aujourd’hui et en manifestant leur colère à 11h30 sur l’esplanade près du lycée, accompagnés également de parents.

Sandra Tarazona est arrivée en France il y a six ans dans le but de parfaire ses études. « J’ai obtenu un visa d’étudiante que j’ai renouvelé tous les ans. Cela m’a permis d’obtenir une licence de sciences du langage, puis un master 1 et 2. Je suis également titulaire d’un autre master en texte, discours et communication », détaille l’enseignante, domiciliée à Ivry (Val-de-Marne). En 2009, elle décide de rester en France et d’obtenir le statut de salariée. « Mon objectif était de devenir assistante d’éducation auprès de l’académie de Créteil », précise-t-elle. Mais, mauvais concours de circonstances, alors que le rectorat de Versailles la convoque et lui offre un poste de professeur d’espagnol remplaçant à Gonesse, la préfecture du Val-de-Marne lui aurait refusé dans la foulée son nouveau statut. Elle commence à enseigner au lycée René-Cassin, mais la procédure administrative est lancée.

« J’ai reçu le 7 mai l’arrêté d’expulsion daté du 28 avril, alors que mon contrat s’arrête ce mardi. Mais j’ai envie de terminer l’année scolaire avec mes élèves. Je sais que le professeur titulaire ne reviendra pas avant et il y a le baccalauréat dans quelques jours. Ce n’est pas juste… », insiste Sandra. Elle est d’ailleurs en mesure de fournir une promesse d’embauche qui prolongera son contrat et lui permettrait d’obtenir un titre de séjour. Mais ses heures en France sont désormais comptées, d’où l’élan qui se crée autour d’elle.

Hier matin, Alain Boissinot, le recteur de l’académie de Versailles en visite à l’université de Cergy-Pontoise avec le ministre de l’Education nationale, Luc Chatel, était parfaitement informé de la situation. « Comme il s’agit d’une enseignante contractuelle qui a donné toute satisfaction, nous avons signalé la semaine dernière au préfet compétent les bons éléments d’appréciation la concernant pour qu’il puisse en tenir compte », rapporte-t-il. Le recteur reconnaît d’ailleurs le caractère plutôt exceptionnel de la situation : « Cette démarche d’expulsion concerne bien plus souvent des étudiants que des professeurs. » Contactée, la préfecture du Val-de-Marne, où avait lieu hier soir une manifestation de sans-papiers à laquelle participait l’enseignante, n’a pas donné suite à nos appels.

 

 

Le Parisien

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2010 2 14 /09 /septembre /2010 07:29

 

Libération, SOS Racisme et La Règle du jeu lancent un appel contre l'extension des possibilités de déchéance de la nationalité française.

«En proposant   d’étendre les possibilités de déchéance de la nationalité française à de  nouvelles catégories de citoyens, Nicolas Sarkozy a franchi, avec le discours  de Grenoble, un cap dangereux.

En effet, pour la première fois au plus haut de niveau de l’Etat, il aura été publiquement affirmé qu’il existe des «Français de souche» et des «Français de papier», comme le clame le Front National depuis sa  création et au risque de crédibiliser ce dernier. Allant jusqu’à remettre en cause le droit du sol, le Président de la République voudrait en outre que les  jeunes «d’origine étrangère» ne deviennent plus automatiquement  français à leur majorité s’ils ont été  délinquants!

Sous le faux prétexte d’assurer la sécurité des Français,  le pouvoir tend en fait à imposer une idée aussi simple que malhonnête: les problèmes de notre société seraient le fait des étrangers et des Français d’origine étrangère.

De tels propos, relayés et amplifiés jusqu’à la nausée  par nombre de responsables politiques poursuivent une lente mais sure dérive illustrée aussi bien par le débat sur l’identité nationale que par l’ignoble  stigmatisation dont les Roms et les Gens du voyages sont depuis quelques semaines les victimes.

Ces propos constituent une atteinte intolérable aux principes constitutifs de la Nation.

Pour nous, la Nation, ce n’est pas la recherche  frénétique de la mise au ban de citoyens. C’est tout au contraire l’affirmation  de la légitimité de tous à participer en pleine égalité aux choix publics.

Pour nous, la Nation, ce n’est pas l’utilisation des étrangers comme boucs émissaires afin de masquer le marasme économique et  social de notre pays.

C’est tout au contraire l’attachement à un traitement digne et égal de tous.

Malheureusement, cette atteinte aux valeurs d’égalité et de dignité s'apprête aujourd’hui à trouver une concrétisation à travers le  projet de loi Besson relatif à l’immigration et la batterie d’amendements  d'ores et déjà annoncés pour durcir un texte qui tournait déjà le dos aux principes humanistes les plus élémentaires.

Face à cette offensive, nous prononçons un triple «non»:

Non à l’extension des possibilités de déchéance de  nationalité !

Non à la stigmatisation des Roms et des Gens du voyages!

Non au recul des droits des étrangers contenu dans le  projet de loi Besson !»

Cliquez ici pour signer la pétition.

Premiers signataires:

ABDAT    Ameziane    Président de Zyva
ABELANSKI    Lionel    Comédien
ABERDAM    Edith    Président du Cercle Bernard Lazare
AIDENBAUM    Pierre    Maire du 3eme arrondissement de Paris
AMADIEU    Jean-François    Professeur d'Université (Paris I)
AMSALEM    Bernard    Président de la FFA
AOUNIT    Mouloud    co-président du MRAP
AREFI    Armin    Journaliste
ASSASSI    Eliane    Sénatrice de Seine-Saint-Denis
ASSOULINE    David    Sénateur de Paris
ATTAL    Yvan    Comédien
AUBRY    Martine    PremiËre Secrétaire du Parti Socialiste
BALASKO    Josiane    Comédienne
BALITRAN    Céline    Comédienne
BARADJI    Massira    Président de la FIDL
BARTOLONE    Claude    Député - Président du Conseil général de Seine-Saint Denis
BASSE    Pierre-Louis    Journaliste et écrivain
BAYLET    Jean-Michel    Président du Parti Radical de Gauche
BENABAR        Auteur compositeur
BENGUIGUI    Jean    Comédien
BENGUIGUI    Yamina    Réalisatrice, Adjointe au Maire de Paris
BENNAHMIAS    Jean-luc    Député européen - Vice Président du Modem
BENSALAH    Djamel    Cinéaste
BERGE    Pierre    Président de la Fondation Pierre Bergé Yves Saint Laurent
BERLING    Charles    Comédien
BERROCHE    Eric    Adjoint au Maire de Rennes
BIANCO    Jean-Louis    Président du Conseil Général de Haute-Provence, député
BILLARD    Martine    Députée de Paris, Porte parole du Parti de Gauche
BIRKIN    Jane    Chanteuse
BITTON    Avi    Membre du Conseil de l'Ordre des avocats de Paris
BOHRINGER    Romane    Comédienne
BORIE    Jean-Louis    Président du Syndicat des avocat de France
BORVO COHEN-SEAT    Nicole    Sénatrice de Paris
BOUGHEBARA    Ali    Humoriste
BOUILLON    Christophe    Député de Seine-Maritime
BOUJENAH    Michel    Humoriste
BOVE    José    Député européen
BROSSEL    Colombe    Adjointe au Maire de Paris, chargée de la Vie scolaire et de la Réussite éducative
CALI        Artiste
CAMARA    Moussa    AGPR
CAMUS    Jean-Yves    Politologue
CARTOUCHE        Humoriste
CELARIE    Clémentine    Comédienne
CESSIEUX    Maxime    Secrétaire général du SAF
CHARB        Directeur de la publication de Charlie Hebdo
CHARRIERE BOURNAZEL    Christian    Ancien Batonnier de l'Ordre des avocats de Paris
CHAUMONT    Franck    Auteur d'Homo ghetto
CHEB SUN    Marc    Directeur de la rédaction de Respect Mag
CHERKI    Pascal    Maire du 14eme arrondissement de Paris
CHOURAQUI    Elie    Cinéaste
COHN-BENDIT    Daniel    Député européen
COLOMBANI    Marie-Françoise    Editorialiste che ELLE, Ecrivaine
CROZON    Pascale    Député du RhÙne
De FONTENAY    GeneviËve    Ancienne présidente des comités miss France
DELANOE    Bertrand    Maire de Paris
DELCROS VARAUD    Magloire    Présentateur
DELPECH    Michel    Artiste
DENIAUD    Laurianne    Présidente du MJS
DESIR    Harlem    Député européen
DEVARIEUX    Jacob    Musicien
DIALLO    ROKHAYA    Porte-parole des Indivisibles
DIDIER-WEILL    Alain     Psychanalyste
DJELLAL    Abderahmane    Adjoint au Maire de Grenoble
DJURA        Artiste
DOLTO    Catherine    Psychanalyste
DONNELLY    Edouard    Président de Hors la rue
DOUCET    Philippe    Maire d'Argenteuil
DUBOIS    Jean-Pierre    Président de la Ligue des droits de l'Homme
DURPAIRE    François    Président du mouvement Pluricitoyen
EL GHOZI    Laurent    Président de la FNASAT
EL KHOMRI    Myriam    Adjointe au Maire de Paris Chargée de la protection de l'enfance et de la prévention spécialisée
EMEYE    Eglantine    Animatrice
ENCEL    Frédéric    Geolitologue
FABIUS    Laurent    Ancien Premier ministre, député de Seine-Maritime
FAKOLY    TIKEN JAH    Auteur compositeur interprËte
FASSIN    Eric    Sociologue co-auteur de "Cette France l‡"
FEHER    Michel    Président de Cette France la
FERRADJ    Nasser    Maire-adjoint de Noisy-le-Sec
FILIPPETTI    Aurélie    Député de la Moselle
FORSTER    Lef    Avocat
FOUREST    Caroline    Rédactrice en chef de la revue Pro-Choix
FRANCK    Dan    Ecrivain
GIDOIN    Arnaud    Humoriste
GIRARD    Christophe    Adjoint au Maire de Paris chargé de la Culture
GODART    Mathieu    Président de Autremonde
GOLDBERG    Daniel    Député de Seine-Saint-Denis
GONTHIER    Patrick    Secrétaire général de l'UNSA Education
GOUPIL    Sophie    Productrice
GRABARCZYK    JoÎl    B‚tonnier de l'Ordre des avocats de Vienne
GROISON    Bernadette    Secretaire générale de la FSU
GUENAOUI    Djamel    Président de Changeons de Regard
GUIGOU    Elisabeth    Ancienne Garde des Sceaux
GUILLAUME    Sylvie    Députée européen
GUILLOT    Didier    Adjoint au maire de Paris ‡ la vie étudiante
GUSTAVE    Steevy    Adjoint au Maire de Bretigny sur Orge
HABCHI    Sihem    Présidente de NPNS
HENRY    Pierre    Directeur général de France Terre d'Asile
HETIER    Bernadette     Coprésidente du MRAP
HIDALGO    Anne    PremiËre adjointe au Maire de Paris
HIMEUR    Angélique    Agent d'artistes
HOLLANDE    François    Député-Maire de Tulle
HUE    Robert    Président du Mouvement unitaire Progressiste, sénateur
HUREL    Sandrine    Député de Seine-Maritime
JAKUBOWICZ    Alain    Président de la LICRA
JARRAUD    François    le Café pédagogique
JEAN    Thierry    Vice-président de METZ Métropole
JOFFRIN    Laurent    Directeur de la Publication de Libération
JOSPIN    Lionel    Ancien Premier ministre
JOUARY    Jean-Paul    Philosophe
JULLIARD    Bruno    Adjoint au Maire de Paris ‡ la Jeunesse
KABANDA    Marcel    Président d'Ibuka France
KACHOURI    Abdelhak    Vice-président du Conseil régional d'Ile de France
KEITA SOREL    Ibrahim    Président de Banlieue Diversité Média
KETTANE    Nacer    Président de Beur FM
KHALIL    Rachida    Humoriste
KINTZLER    Catherine    Philosophe
KLUGMAN    Patrick    Conseiller de Paris, Avocat
LAFFONT    Axel    Humoriste
LANG    Valérie    Comédienne
LANTERNIER    Ugo    Adjoint au Maire d'Aubervilliers en charge du logement
LAURENT    Pierre    Secrétaire National du Parti Communiste
LE VERN    Alain    Président du Conseil régional de Haute-Normandie
LENOIR    Jean-Claude    Président de Salam
LEPAGE    Corinne    Présidente de CAP 21
LEROUX    Bruno    Président de la fédération LEO LAGRANGE Député de Seine-Saint-Denis
LEROY    Claude    EntraÓneur sportif
LESPERT    Jalil    Comédien
LEVAI    Ivan    Journaliste
LEVAI    Catherine   
LEVY    Bernard-Henri    Philosophe
LEVY    Justine    Ecrivain
LOISEAU    Vincent    Président de l'Inter-LGBT
LOZES    Patrick    Président du CRAN
MAISONNEUVE    Patrick    Avocat
MALZIEU    Matthias    Chanteur (Dyonisos)
MAMERE    NoÍl    Député Maire de BËgle
MAMOU    Jacky    Président du Collectif Urgence Darfour
MANDROUX    HélËne    Maire de Montpellier
MARIE    Didier    Président du Conseil général de Seine Maritime
MASTA    Doudou    Comédien et musicien
MAZETIER    Sandrine    Députée de Paris
MELENCHON    Jean-luc    Président du Parti de Gauche, Député européen
MENNUCCI    Patrick   
MESSAOUDI    Samia    Journaliste
MILLE    Patrick    Comédien
MOATI    Serge    Journaliste
MOCKY    Jean-Pierre    Cinéaste
MONTEBOURG    Arnaud    Député de SaÙne-et-Loire
MOREAU    Jeanne    Comédienne
MOUSTAKI    Georges    Auteur compositeur interprËte
MUET    Pierre-Alain    Député du RhÙne
N'DOUR    Youssou    Auteur Compositeur
NOAH    Yannick    Musicien
NUCCI    Christian    Ancien ministre, Vice président du Conseil général de l'IsËre
OLIVE    Alain    Secrétaire général de l'UNSA
ONFRAY    Michel    Philosophe
PASTOR    Thierry    Chanteur et compositeur
PAU LANGEVIN    George    Députée de Paris
PELLOUX    Patrick    Médecin
PIETRASENTA    Sébastien    Maire d'AsniËres sur Seine
PINGEOT    Mazarine    Ecrivain
PLET    Myriam    Avocate au Barreau de Lyon
PODALYDES    Denis    Cinéaste
PREVOST    Jean-Baptiste    Président de L'UNEF
QUEYRANNE    Jean-Jacques    Président du Conseil régional de RhÙne-Alpes, Député
REVIRIEGO    Sandra-Elise    Présidente des Jeunes Radicaux de Gauche
RIBES    Jean-Michel    Directeur du Thé‚tre du Rond Point
RICHARD    Firmine    Comédienne
ROBINET    Philippe    Editeur
ROCARD    Michel    Ancien Premier ministre
RODET    Alain    Député maire de Limoge
ROLLAND    Sonia    Comédienne
ROST        Musicien
SADOUDI    Warda    Présidente de HOME
SALEMKOUR    Malik    Animateur de ROMEUROPE, Vice-président de la LDH
SALLEM    Ryadh    Sportif, triple champion d'Europe de basket fauteuil
SANCHEZ    Richard    Président de Fier-e-s et Révolutionnaires
SATRAPI    Marjane    Auteur de bandes dessinées
SCHWAB    Arielle    Présidente de l'UEJF
SERRAJ    Ahmed     Directeur du Boulevard des Potes
SIFAOUI    Mohammed    Ecrivain,  journaliste
SIMON    Yves    Ecrivain, Compositeur
SIMONNET    Danielle    ConseillËre de Paris
SKIKER    Nordine    Président de l'OMJA
SMAIN        Comédien - Humoriste
SOPO    Dominique    Président de SOS Racisme
STHERS    Amanda    RomanciËre
STORA    Benjamin    Historien
SULPICY    Isabelle    Avocate
SY    Omar    Humoriste
SYLLA    Fodé    Membre du Conseil Economique et Social
TAGHMAOUI    SaÔd    Comédien
TAHARI CHAOUI    Abdou    Président du boulevard des Potes
TAMZALI    Wassyla    Ecrivain et militante féministe
TAUBIRA    Christiane    Députée de Guyane
TAVERNIER    Niels    Produteur, Cinéaste
TEPER    Bernard    Responsable du secteur éducation populaire de l'UFAL
THOMAS    Samuel    Président de la Fédération des Maisons des potes
TIN    Louis-Georges    Président de IDAHO
TOURAINE    Jean-Louis    Député, Premier Adjoint au maire de Lyon
TRAYNARD    Guillaume    Avocat au Barreau de Paris
TROSTIANSKY    Olga    Adjointe chargée de la solidarité, de la famille et de la lutte contre l'exclusion
TUBIANA    Michel    Président d'honneur de la LDH
VALLAUD - BELKACEM    NAJAT    Adjointe au Maire de Lyon
VALLS    Manuel    Député Maire d'Evry
VESINET    Monique    Présidente de l'UFAL
VITKINE    Antoine     journaliste et réalisateur
VOYNET    Dominique    Maire de Montreuil, sénatrice
WAZIZI    Brahim    Président de KIAP Villeneuve
YOUSSOUFOU    Baki    Président La confédération étudiante
YOUSSOUPHA        Musicien
ZIDI    Malik    Comédien

Partager cet article
Repost0
28 juin 2010 1 28 /06 /juin /2010 21:18

France Info s’est procuré le rapport accablant de la commission nationale de déontologie de la sécurité. Ce dernier relance la thèse de la bavure policière après la mort d’Ali Ziri en juin 2009 à l’issue d’une interpellation musclée. Ce retraité algérien de 69 ans avait été arrêté en état d’ébriété avec un ami, Arezki Kerfali à Argenteuil.

 
Le 9 juin 2009 à Argenteuil, Arezki Kerfali est arrêté au volant de sa voiture lors d’un banal contrôle routier. L’homme et son passager, Ali Ziri, sont tous les deux en état d’ébriété et emmenés au commissariat de la ville. Ali Ziri, retraité algérien de 69 ans, décèdera deux jours plus tard à l’hôpital d’Argenteuil. Une première autopsie réalisée conclut à une fragilité cardiaque et confirme le fort taux d’alcoolémie de la victime. Mais une contre-expertise révèle le 20 juillet 2009 la présence de plusieurs hématomes de 12 à 17 centimètres sur tout le corps du défunt.

Cette dernière hypothèse, soutenue par le collectif « Vérité et Justice pour Ali Ziri » est renforcée par le rapport de la commission nationale de déontologie de sécurité que révèle aujourd’hui France Info. Ce rapport indique que le traitement reçu par Ali Ziri après son arrestation a été particulièrement violent, images de vidéo-surveillance à l’appui. « On y voit en effet Ali Ziri être expulsé du véhicule de police, jeté au sol, menotté, allongé par terre la tête dans le vomi » rapporte notre confrère de France Info.     

Ce nouveau rebondissement survient au lendemain du report de procès du conducteur, Arezki Kerfali, au 10 mars 2011. Aujourd’hui, la commission nationale de déontologie réclame des sanctions contre les policiers visibles sur les bandes vidéo.

JT VENDREDI 25 JUIN 2010

(25/06/2010 17:38)

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2009 4 17 /12 /décembre /2009 12:00

Les propos grossiers de Nadine Morano sont consternantsBenoît Hamon, porte-parole du PS, a qualifié mardi de "consternants" et "très graves" les propos de la secrétaire d’Etat chargée de la Famille, Nadine Morano, sur les jeunes musulmans. "C’est très grave, parce que cela confirme le regard caricatural de plusieurs membres du gouvernement sur la jeunesse de ce pays, avec des amalgames invraisemblables sur les jeunes musulmans qui seraient suspectés de ne pas chercher du travail et à qui on prête désormais un uniforme - la casquette à l’envers - et le fait de ne pas parler un français correct, puisqu’ils ne parleraient qu’en verlan", a déclaré M. Hamon à l’AFP.

Selon lui, "cela disqualifie complètement ce gouvernement dans sa capacité à prendre en charge les problèmes auxquels sont confrontés les jeunes" notamment "leur difficulté à trouver un travail et une place dans la société".

"C’est un dérapage supplémentaire. Mais combien de dérapages avant ?", demande M. Hamon pour qui "on est dans une stratégie de bouc-émissaire, de caricature et de stigmatisation permanente, avec toujours les mêmes cibles".

"Comment ceux qui sont ciblés en permanence vont réagir quand les ministres du gouvernement se livrent à des amalgames aussi grossiers. C’est consternant", selon lui.

Mme Morano avait déclaré lundi soir vouloir du jeune musulman français "qu’il ne parle pas verlan, qu’il ne mette pas sa casquette à l’envers", lors d’un débat sur l’identité nationale à Charmes (Vosges).

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2009 4 03 /12 /décembre /2009 14:20

Benoît Hamon : « Sarkozy a besoin de faire diversion»

Benoît Hamon, porte-parole du Parti socialiste, n’a pas tardé à répliquer à l’entrée en campagne pour les régionales du chef de l’Etat au côté de l’UMP.

Propos recueillis par Eric Hacquemand | 30.11.2009, 07h00

La campagne pour les élections régionales de mars est lancée. Samedi, est monté en première ligne en dénonçant fermement devant le conseil national de l’UMP le comportement du , accusé «d’agiter le chiffon rouge (NDLR : de la régularisation des sans-papiers) pour faire remonter le ». Les attaques et l’engagement du chef de l’Etat ont aussitôt suscité une levée de boucliers à gauche. Pour l’ex-premier secrétaire François Hollande, Sarkozy a commis « une faute » en axant la campagne des régionales autour des thèmes de l’identité nationale et de l’immigration. L’ex-candidate à la présidentielle Ségolène Royal a regretté cette « succession d’annonces sur la sécurité, l’immigration, l’identité nationale à quelques mois des élections ». Quant au porte-parole du PS, Benoît Hamon, il dénonce « une grossière manœuvre » du chef de l’Etat.

Nicolas Sarkozy vous accuse d’agiter « le chiffon rouge » de la régularisation des sans-papiers pour faire remonter le FN avant les élections régionales. Que lui répondez-vous ?
Benoît Hamon.
C’est une grossière manœuvre du chef de l’Etat. Nicolas Sarkozy est conscient qu’il ne gagnera pas les élections sur son bilan. Il a donc besoin de faire diversion. Sa famille politique est la seule qui aujourd’hui a rendu service à l’extrême droite en mettant en œuvre ses idées. On vient nous chercher mauvaise querelle, alors que ce gouvernement comprend un ministère de l’Identité nationale et de l’Immigration et qu’il applique des pans entiers du programme du FN. C’est un comble tout de même !

Mais le PS est-il favorable à une régularisation « massive » des sans-papiers comme l’a dit le chef de l’Etat ?
Martine Aubry n’a jamais dit cela. Elle n’a jamais parlé de généralisation, mais simplement d’une régularisation large sur critères. Par exemple, quand on est un travailleur sans papiers et que l’on paye des cotisations, des impôts, il est logique d’obtenir une carte de séjour. Nicolas Sarkozy ment et instrumentalise comme le fait Marine Le Pen le « péril » d’une immigration massive en stigmatisant l’étranger. Mais celui qui casse le modèle social français aujourd’hui, ce n’est pas l’immigré mais le président lui-même.

Nicolas Sarkozy s’en est pris directement à Martine Aubry…
Son animosité à l’égard du PS grandit. Elle est le signe de la fébrilité du pouvoir confronté à son échec et d’un président devenu celui d’un clan, d’une faction.

Pourtant, le président de la République s’appuie sur son bilan pour transformer les régionales en scrutin national…
En réalité, Nicolas Sarkozy défend ses réformes mais pas son bilan. Et pour cause : il n’y a pas de résultats en matière de recul du chômage, de croissance, de lutte contre l’échec scolaire, de sécurité… Il vante sa méthode parce que la droite n’a pas grand-chose d’autre à proposer dans les régions. Elle est contrainte d’aller chercher Nicolas Sarkozy comme chef de campagne. C’est un aveu d’impuissance. Les Français veulent-ils du Sarkozy à Paris et du Sarkozy dans les 22 régions ? Voilà la question à laquelle les électeurs devront répondre.

Lors des dernières élections européennes, on vous a reproché de trop compter sur le vote sanction. N’êtes-vous pas en train de retomber dans le même travers ?
Pas du tout. Nos candidats se préoccupent d’abord d’avoir des programmes régionaux. Les régions sont les meilleurs amortissements sociaux de la crise. S’il n’y avait pas eu des régions de gauche, les conséquences de cette crise sur les conditions de vie des Français auraient été encore plus douloureuses. Notre ambition, c’est de nous battre d’abord sur nos projets. Mais le PS n’a peur d’aucun débat.

Le PS est-il en mesure de garder les 20 régions métropolitaines, sur 22 qu’il détient ?
Nous partons avec l’objectif de garder toutes les régions. Mais que les choses soient claires. Si le PS en gagne 18 et la droite 4, ce sera difficile de nous dire que l’UMP a gagné.

 

Le Parisien

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 14:43

Mardi 10 novembre 2009

Communiqué du Bureau national

M. Sarkozy doit venir expliquer ses projets pour les territoires devant le Congrès des maires de France


M. Sarkozy et son gouvernement proposent un bouleversement majeur de l’organisation territoriale et des finances locales. Ces projets suscitent l’inquiétude légitime des Français et des élus. Ils aboutiraient, en effet, à recentraliser et à étouffer financièrement les collectivités ; ils aggraveraient l’injustice sociale et les inégalités territoriales ; ils représenteraient une manipulation électorale.

Les maires de France, réunis en congrès les 17 et 18 novembre prochains, attendaient des explications du Chef de l’Etat. Craignant probablement leur colère et leurs protestations, M. Sarkozy a décidé de ne pas se rendre au congrès, privant ainsi les maires d’un véritable échange républicain.

Il a décidé au contraire de convoquer les présidents des associations de maires à l’Elysée le vendredi 20.

Devant cette dérobade, le Parti socialiste ne se rendra pas à l’Elysée. Il invite M. Sarkozy à assumer les responsabilités de sa charge et à accepter de venir dialoguer avec les maires le 17 novembre.

Il appelle, par ailleurs, les maires à se mobiliser massivement à cette occasion pour faire entendre leur voix.

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2009 5 11 /09 /septembre /2009 08:34
Posté par Benoît Hamon



Benoît Hamon réagit aux "propos honteux et inqualifiables" du ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux. Ces propos tenus dans une vidéo filmée lors de l’Université d’été de l’UMP sont "injurieux à l’égard de millions de nos compatriotes" conclut le porte parole du PS avant d’en appeler à la démission du ministre de l’Intérieur. La vidéo en question est disponible ici.

Partager cet article
Repost0