Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 16:03


"Le peuple Grec n'est aujourd'hui plus souverain" par PartiSocialiste

Benoît Hamon, porte-parole, est revenu à l'occasion du point presse hebdomadaire sur la situation en Grèce. Où sur injonction de l'Union Européenne et du Fond Monétaire International un nouveau plan d'austérité a été adopté. « C’est sans précédent, le plan d'austérité qui vient, en chiffres c’est  22% de baisses du smic, des pensions de retraites en moins, 150 000 fonctionnaires en moins, alors que 10 % de la population est déjà au chômage ».

Des dizaines de milliers de Grecs dans la rue protestent contre ce plan d'austérité. Ce plan ne prépare qu'une chose : la récession de la Grèce. C'est donc un PIB qui se rétracte de 4 à 5%.

Benoît Hamon a rappelé que « l’Union Européenne n'est plus souveraine, le peuple grec n'est plus souverain. Je trouve inquiétant qu'à l'intérieur de l'Union Européenne des parlementaires qui décident de ne pas voter comme Monsieur Baroso et madame Lagarde, qui refusent de voter ce plan d'austérité soit exclus par leurs partis ».

Le parlement recule devant les injonctions des marchés

« C'est un des symboles que le pouvoir populaire, le parlement recule devant les injonctions de marchés financiers, quand l'Union Européenne et le FMI se font le relais des exigences des marchés». «C'est pour cela que les grecs étaient si nombreux dans les rues pour protester contre les conséquences sociales et économiques de cette reforme» a conclu le porte-parole.

Partager cet article
Repost0
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 14:30

logoGaucheAvenirGauche Avenir a réalisé ce travail de synthèse qui permet de démontrer la proximité des différents partis de gauche à l'orée de la campagne électorale, loin des thèses caricaturales développées par certains (y compris des responsables politiques dans les médias).

Du Front de Gauche à Europe-Ecologie/Les Verts, en passant par le Parti Socialiste, de A comme Agriculture à T comme Travail, 15 thèmes et 76 mesures susceptibles de constituer la base d’une plateforme de  gouvernement pour 2012-2017.

IMG_1956.jpgAprès l’élection du nouveau Président de la République, il faudra définir les bases d’une plateforme de gouvernement pour 2012-2017. C’est elle qui constituera le programme des candidats qui se présenteront aux suffrages des Français lors des élections législatives des 10 et 17 juin.

Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice PS de Paris, Liem Hoang Ngoc, eurodéputé PS, Etienne Butzbach, maire MRC de Belfort, David Cayla, économiste, Alain Lipietz, responsable et économiste EELV, Dany Lang "économiste atterré", le mercredi 8 février 2012, à l'assemblée nationale pour le colloque "Sortie(s) de Crise(es) : par ici !"

Chaque jour, la campagne de l’élection présidentielle met en exergue des différences, des oppositions, des conflits, des programmes présentés comme inconciliables… y compris malheureusement au sein de la gauche. Cette situation est inévitable, dans la mesure où elle permet aux candidats de mieux marquer leurs différences.

Il est cependant essentiel de montrer qu’il existe de fortes convergences programmatiques au sein de la gauche et que, le moment venu, ce sont elles qui faciliteront le rassemblement indispensable à la définition et à la mise en œuvre d’une politique véritablement de gauche.

C’est avec cet objectif que le club Gauche Avenir a analysé les propositions des différents partis de gauche, en s’inspirant également des conclusions des 4 assemblées des gauches qu’il a organisées depuis près d’un an.

Le résultat est impressionnant, puisque ce sont 15 thèmes et 76 mesures qui consti- tuent le socle de ce qui pourra devenir demain la base d’une plateforme d’un gouvernement de gauche pour 2012-2017.

La plateforme ira sans doute plus loin sur certains points, mais l’important est que s’affirme dès à présent une dynamique unitaire pour la victoire et que puissent ainsi s’engager de réelles transformations, à la hauteur des exigences de changement qui montent avec la crise actuelle.

Propositions Communes de la Gauche pour 2012 à télécharger ici

Partager cet article
Repost0
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 09:47

logoUMA95

Chers Amis, Chers Camarades,

Nous vous convions à participer l'assemblée générale de la motion C dans le Val d'Oise, qui se tiendra

Vendredi 10 février 2012
à 20h30
Maison des Associations
Rue du Four-Gaudon
à Écouen
MaisondesAssociationsEcouen.jpg

 

Alors que la campagne des élections présidentielles et législatives commence à prendre forme, nous vous proposons de nous retrouver dans un cadre politique et convivial.

Nous aborderons les questions suivantes :

  • Implication dans la campagne électorale aux côtés des candidats soutenus par le Parti Socialiste ;
  • Vie du courant « Un Monde d'Avance » ;
  • questions diverses.


La soirée se conclura par un verre de l'amitié amélioré – chandeleur oblige.

Nous comptons sur votre présence et votre participation.

Partager cet article
Repost0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 08:13


«Les propos de Claude Guéant sont une nouvelle... par PartiSocialiste

Le porte-parole du Parti socialiste, Benoît Hamon est revenu sur les déclarations de Claude Guéant lors point presse : cette provocation est «une nouvelle illustration du grand détournement de l'objet de cette campagne auquel Sarkozy se consacre, où tout est mis en œuvre pour que cette campagne ne porte ni sur le bilan de Sarkozy ni sur les questions qui préoccupent les Français : le pouvoir d'achat, l'emploi, la santé et l’éducation

Cette tentative de détournement de ce qui devrait faire l'objet du débat politique est traduite par des provocations puis par des explications confuses des dirigeants de l'UMP. «C'est une politique de la terre brulée qui vise à essayer d'entraîner les autres acteurs du débat démocratique, et présidentiel sur un terrain qui est très éloigné des questions qui font le quotidien des français», a-t-il rappellé.

«Le Parti socialiste ne se laissera pas embarquer dans cette tentative de détournement», a conclu Benoît Hamon.

Partager cet article
Repost0
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 18:36

Ce qui se cache derrière la pseudo "libération" des terrains de l'Etat proposée par Nicolas Sarkozy

51132_immobilier-construction-logement-neuf

Derrière l'annonce faite par le Président de la République de libérer d'ici 2016 les terrains d'Etat pour la construction de logements se cache en réalité la volonté de vendre vite et au prix maximum ces derniers. Cette décision est motivée par la volonté de faire croire au comblement du déficit budgétaire, et ce au détriment de la production de logement à prix abordables.

Les Échos de ce jour (31/01/2011) donnent plus de précisions quant à la pseudo "libération" des terrains de l'Etat pour la construction de logement. Cette vente se fera au profit de promoteurs privés au prix du marché!

Cela veut dire que l'essentiel des logements réalisés - et il va falloir attendre un certain temps- le seront à prix élevé. La rapidité de la vente annoncée est plus que suspecte et montre bien qu'en réalité, l'essentiel est de trouver des recettes budgétaires conséquentes. Car la mise en vente s'effectue juste avant qu'un retournement de cycle possible des prix du foncier et de l'immobilier s'engage. En fait, les véritables intentions du gouvernement sont de remplir au maximum les caisses de l'Etat au détriment de la production de logements coût abordable et répondant aux besoins majoritaires des français.

De surcroit le gouvernement, comme le président de la République, ne signale aucune priorité en direction du logement social, en locatif ou en accession. Pourtant, la crise du logement concerne d'abord et massivement des demandeurs de logements à prix ou loyers modérés. La droite persévère en favorisant les couches aisées, le profit des promoteurs et en négligeant la majorité de la population.

En revanche, la solution préconisée par François Hollande est nettement plus ambitieuse, juste et efficace. La mise à disposition gratuite des terrains de l’État qui sont disponibles aux collectivités territoriales, répond aux besoins du pays en permettant à ces dernières de construire de nouveaux logements dans un délai de cinq ans.

Marie-Noëlle Lienemann
Sénatrice de Paris,
Membre du bureau nationale du PS

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2012 2 31 /01 /janvier /2012 09:47

logoUMA95

Chers Amis, Chers Camarades,

Nous vous convions à participer l'assemblée générale de la motion C dans le Val d'Oise, qui se tiendra

Vendredi 10 février 2012
à 20h30
Maison des Associations
Rue du Four-Gaudon
à Écouen
MaisondesAssociationsEcouen.jpg

 

Alors que la campagne des élections présidentielles et législatives commence à prendre forme, nous vous proposons de nous retrouver dans un cadre politique et convivial.

Nous aborderons les questions suivantes :

  • Implication dans la campagne électorale aux côtés des candidats soutenus par le Parti Socialiste ;
  • Vie du courant « Un Monde d'Avance » ;
  • questions diverses.


La soirée se conclura par un verre de l'amitié amélioré – chandeleur oblige.

Nous comptons sur votre présence et votre participation.

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 13:06

Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice de Paris et ancienne ministre, était l'invitée de La Voix Est Libre sur France 3 pour débattre face à Eric Woerth et Jean Fabien Spitz

Retrouvez les deux vidéos de ce débat ici:

Premier débat sur la justice et la fiscalité

Second débat sur la démocratie et les institutions

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 21:43

logoGaucheAvenir.jpgMERCREDI 8 FÉVRIER 2012 DE 18h à 22h

Assemblée nationale, salle 6403
127, rue de l'Université à Paris (7ème arrondissement)


Inscription obligatoire par mail : contact@gaucheavenir.org

Devant la dégradation accélérée de la situation, il faut des réponses claires.

La gauche de gouvernement, que nous souhaitons victorieuses en mai et en juin prochains, ne peut se contenter d'un diagnostic partagé sur la nature de la crise.
Elle doit être consciente qu'elle ne pourra changer le cours des choses que si elle accepte d'abord d'opérer des ruptures.

C'est pourquoi le club "Gauche Avenir", animé par Paul Quilès, Marie-Noëlle Lienemann et Emmanuel Maurel, a demandé à des économistes et à des responsables politiques de gauche et de l'écologie de réagir sur 5 ruptures que nous considérons comme nécessaires.

Ces ruptures concernent la politique monétaire, le protectionnisme, la relation avec l'Allemagne, le rôle de l’État & la redistribution des richesses.

Chacun de ces thèmes fera l'objet de propositions précises qui seront soumises à la critique ou à l'approbation des intervenants.

Cet enrichissement des travaux permettra qu'à l'issue de la rencontre le club "Gauche Avenir" fixe quelques balises majeures pour "sortir de la crise" à gauche.

Frédéric Faravel
Secrétaire fédéral du PS95 en charge des relations extérieures

Avec la participation de :

  • Frédéric Boccarat, économiste, Parti Communiste Français
  • Nicole Bricq, rapporteure générale de la commission des finances du Sénat, Parti Socialiste
  • Étienne Butzbach, Maire de Belfort, Mouvement Républicain & Citoyen
  • Guillaume Duval, économiste, rédacteur en chef d'Alternatives économiques
  • Liem Hoang Ngoc, député européen, secrétaire national adjoint à l'économie du Parti Socialiste
  • Dany Lang, économiste, membre du collectif des économistes atterrés
  • Bernard Maris, économiste, membre du conseil de surveillance de la Banque de France, chroniqueur à Charlie Hebdo et sur France Inter
  • Pierre-Alain Muet, député du Rhône, Parti Socialiste
  • Alain Lipietz, député européen, Europe Écologie / Les Verts

Le débat sera animé par Paul Quilès et Marie-Noëlle Lienemann

Plus d'information sur le site de Gauche Avenir

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2012 3 25 /01 /janvier /2012 08:23

L'Organisation Internationale du Travail a publié mardi 24 janvier 2012 un Rapport marquant intitulé "Global Employment Trends 2012: Preventing a deeper jobs crisis" c'est-à-dire Tendances sur l'emploi mondial en 2012 : prévenir l'approfondissement de la crise de l'emploi. 

La politique allemande de compétitivité par les salaires y est enfin épinglée. L'Organisation onusienne y voit "la cause structurelle" de la crise en zone euro.

"L'amélioration de la compétitivité des exportateurs allemands est de plus en plus identifiée comme la cause structurelle des difficultés récentes dans la zone euro", souligne l'institution onusienne basée à Genève, qui critique notamment les réformes engagées en 2003 par le gouvernement Schröder puis par les gouvernements Merkel.

"Les coûts du travail en Allemagne ont chuté depuis une décennie par rapport aux concurrents, mettant leur croissance sous pression, avec des conséquences néfastes pour la viabilité de leurs finances publiques", "Plus grave, les pays en crise n'ont pas pu utiliser la voie des exportations pour compenser la faiblesse de la demande domestique car leur industrie ne pouvait pas profiter d'une demande intérieure plus forte en Allemagne".

"La politique de déflation salariale n'a pas seulement amputé la consommation, restée plus d'un point de pourcentage en retrait du reste de la zone euro sur la période 1995 à 2001. Elle a aussi conduit à un accroissement des inégalités de revenus, à une vitesse jamais vue, même durant le choc de l'après réunification", dénonce l'OIT, en faisant référence à des données récentes de l'OCDE sur le sujet. "Au niveau européen, cela a créé les conditions d'un marasme économique prolongé, car les autres pays membres voient de plus en plus une politique de déflation des salaires encore plus dure comme solution à leur manque de compétitivité", souligne le rapport.

L'OIT estime par ailleurs que la contribution de la déflation des salaires en Allemagne dans la création d'emplois dans ce pays n'est même "pas si claire" : "Les récents succès à l'exportation doivent peu à cette politique salariale et s'expliquent d'avantage par l'orientation géographique des exportateurs allemands vers les marchés émergents dynamiques."

Ces réformes ainsi que les gains de compétitivité de l'économie allemande sont régulièrement présentés par Berlin comme un modèle à suivre par les autres Etats membres de l'Union Européenne, Nicolas Sarkozy ne manquant jamais une occasion de vanter le modèle allemand ces dernières semaines.

La démonstration est donc faite que le modèle donné en exemple pour l'Accord européen du 9 décembre 2011 et néfaste à la construction européenne et qu'il serait suicidaire de prolonger sur cette voie et de la systématiser. L'austérité doit être abandonné d'urgence.

Nous vous encourageons à aller consulter ce rapport, malheureusement encore en anglais.

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 11:48

LEMONDE.FR | 19.01.12 | 10h51  •  Mis à jour le 19.01.12 | 11h35

 

Henri Emmanuelli, député des Landes, le 18 janvier 2012.

Henri Emmanuelli, député des Landes, le 18 janvier 2012. Marc Chaumeil pour Le Monde

Dirigeant de l'aile gauche du PS, Henri Emmanuelli, député et président du conseil général des Landes, a demandé à François Hollande, mardi 17 janvier, "une clarification" après les propos du député PS Jérôme Cahuzac sur l'ouverture de 60 000 postes dans l'éducation.

Pourquoi être publiquement intervenu pour recadrer un membre de l'équipe de M. Hollande ?

Nous avons été surpris que certains puissent affirmer que les 60 000 postes que nous créerons dans l'éducation nationale le seront par redéploiement du secondaire vers le primaire. Je connais la situation sur le terrain et je ne crois pas que cela corresponde à la réalité et aux besoins.
 

M. Hollande, lors de son conseil politique mercredi, a demandé à chacun d'être "responsable". Vous sentez-vous visé ?

La responsabilité doit être partagée. Nous ne devons pas découvrir des interprétations nouvelles de telle ou telle mesure qui posent problème. Nous avons déjà vécu la semaine dernière une affaire de ce genre avec le quotient familial : l'entourage déforme les propositions du candidat. Je comprends qu'il faille faire campagne et répondre aux questions. Mais c'est au candidat de faire des propositions. A personne d'autre.

La création nette de ces 60 000 postes doit-elle être maintenue contre vents et marées ?

Elle est indispensable. Si nous ne créons pas ces postes, les prochaines rentrées scolaires seront difficiles à faire.

Manuel Valls, Pierre Moscovici, Michel Sapin… La ligne défendue par le premier cercle du candidat, ancré à la droite du PS, vous convient-elle ?

François connaît parfaitement ces camarades. Il a fait les choix qui lui convenaient. Je suis certain qu'il les assume parfaitement.

Votre candidat, sous couvert de réalisme budgétaire, ne prépare-t-il pas l'austérité ?

Ce n'est pas ce que dit François Hollande. Nous sommes dans une situation très difficile, à cause de la crise et de la droite, qui, depuis dix ans, mène une politique désastreuse. Si nous gagnons, ce ne sera pas facile. Mais la campagne ne peut se réduire à une course à l'austérité entre droite et gauche. Même si on ne peut pas tout faire, on doit dire qu'on va essayer.

Comment concilier "rêve français" et rigueur ?

Nos compatriotes sont très inquiets, et cette inquiétude limite l'enthousiasme. Nous connaissons le rejet dont le président de la République fait l'objet. Mais pour gagner, il faut susciter un minimum d'espérance. Notre rôle est de redonner un peu d'espoir.

La dégradation de la note française autorise-t-elle l'espoir ?

Dans les motifs de la perte de notre triple A, il y a, bien sûr, l'appréciation négative sur notre situation financière, mais aussi un long paragraphe sur l'accumulation des plans d'austérité qui condamne la croissance, alors même qu'il n'y a que la croissance qui serait à même de redresser les finances publiques! Le rôle du candidat de l'alternance est d'avoir une gestion sérieuse, mais aussi de retrouver le chemin de la croissance.

Que pensez-vous du sommet social tenu mercredi à l'Elysée?

Ce n'est pas un sommet social, mais un sommet électoral. M. Sarkozy fait n'importe quoi. Il recrée 1 000 postes pour le Pôle emploi après en avoir supprimé 1 800 l'an passé; il accorde une enveloppe de 100 millions d'euros qui s'ajoutent aux 600 millions déjà budgétés pour le chômage partiel contre 6milliards en Allemagne.

La montée de François Bayrou dans les sondages vous inquiète-t-elle?

En Aquitaine, tout le monde sait que M. Bayrou est à droite. Il y a toujours mené ses batailles aux côtés de l'UMP. Il n'y a qu'à Paris qu'on ait des doutes ! M.Bayrou n'est là que pour préparer le second tour de M. Sarkozy.

Propos recueillis par David Revault d’Allonnes

Partager cet article
Repost0