Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 14:35

bandeauGACYCLE INFORMATION, DÉBATS, ÉTUDES
Débat sur la concurrence en Europe et le traité transatlantique

Pour Gauche Avenir, la politique de concurrence européenne joue un rôle majeur dans les difficultés économiques et de réindustrialisation que connaît notre pays. Notre club souhaite contribuer à l’information des citoyens, des militants et à l’élaboration de propositions ambitieuses, opérationnelles et rassemblant largement à gauche.

C’est dans cet esprit que Gauche Avenir ouvre un cycle de réflexion et de débats sur “La concurrence en Europe et le traité transatlantique” animé par Anne-Claire JARRY-BOUABID.

La première rencontre de ce cycle consacrée à
« Repenser la concurrence,
un impératif pour réorienter l’Europe »

Elle se tiendra à l’Assemblée Nationale :

126 rue de l’Université, Paris VIIème, 5ème bureau.

Entrée sur présentation d’une pièce d’identité.

Inscription (gratuite) préalable obligatoire à : contact@gaucheavenir.org

mercredi 11 décembre de 18h30 à 20h

Sous la présidence de Claude Debons, syndicaliste, membre du Bureau de Gauche Avenir.

Intervention de François Souty, cadre supérieur du Ministère de l’Economie et des Finances spécialiste de la concurrence, professeur associé à l’Université de la Rochelle et de Kobe (Japon)

Conclusions d’Anne-Claire Jarry, membre du Conseil d’Orientation de Gauche Avenir et secrétaire de la section du Parti Socialiste du Ministère de l’Economie et des Finances.

Merci de vos inscriptions.

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 11:10

Libération - Laure BRETTON 3 décembre 2013 à 21:16


Mardi Politique avec Marie-Noëlle Lienemann par liberation

Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice PS de Paris, soutient le gouvernement, «mais pas aveuglément». Elle approuve le chantier de remise à plat de la fiscalité du Premier ministre - «Je ne crois pas que Jean-Marc Ayrault soit dans un coup tactique, d’abord c’est pas tellement le spécialiste», a-t-elle ironisé. Reste à donner le bon contenu. La gauche du PS va envoyer quatre propositions à Matignon : convergence CSG-impôt sur le revenu, prélèvements sociaux plus assis sur la valeur ajoutée que sur la masse salariale, lutte contre l’évasion fiscale… et surtout annulation de la hausse de la TVA au 1er janvier. Une requête identique à celle de Jean-Luc Mélenchon, dont elle déplore pourtant qu’il ne veuille pas «construire un front commun à l’intérieur de la gauche».

Retrouvez Mardi Politique chaque semaine à partir de 19h10 sur RFI en partenariat avec Libération et l’AFP.
Laure BRETTON

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2013 2 03 /12 /décembre /2013 10:32

logo MLG 95-copie-2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chers Amis, Chers Camarades,

Nous vous proposons de nous retrouver en Assemblée Générale de Maintenant la Gauche le

Mardi 17 décembre 2013
à 20h30
Fédération du Val-d'Oise du Parti Socialiste
29, rue Francis-Combe,
à  Cergy
(au centre de la Cité artisanale Francis-Combe – plan à télécharger ici)

fond_twitter.jpgVoici les points qui seront abordés dans l'ordre du jour :

  • débat sur la situation politique (conflits sociaux, annonce de la réforme fiscale, etc.) ;
  • Actualité interne du PS et état de la gauche ;
  • Préparation des élections municipales et européennes ;
  • Questions diverses.

Cette assemblée générale sera la dernière de l'année et nous aurons sans doute les plus grandes difficultés à organiser une autre AG avant le 2nd tour des élections municipales. C'est pourquoi nous vous proposons de profiter de ce moment de retrouvailles pour passer un temps convivial.

Comptant sur votre présence nombreuse,   
Amitiés socialistes,   
Frédéric FARAVEL   
Mandataire fédéral de la motion 3

Partager cet article
Repost0
29 novembre 2013 5 29 /11 /novembre /2013 08:52

logo MLG 2-copie-2Notre camarade Bernard MATHONNAT s'est proposé d'animer dans la perspective des élections municipales une formation afin de vous aider à intégrer la Culture dans vos programmes municipaux. Nos camarades d'Île-de-France sont également invités.
Nous vous proposons de nous retrouver le Jeudi 12 décembre 2013 à 19h30 - Maison des Associations, Rue du Four-Gaudon, à Écouen (à droite après le gymnase). Retrouvez l'invitation ici.

Pour ouvrir la discussion et la formation, notre camarade propose cette petite note à votre réflexion.

 

Quelques réflexions pour des axes d’orientations de  politique culturelle

bernard mathonnatCelle-ci doit être menée en direction de tous les publics qu’ils soient publics jeunes, jeunes publics, adultes, séniors… et comme pour tous les autres pans de la politique culturelle, dans le domaine du théâtre, du cinéma, de  la chanson …, revendiquons un spectacle vivant, ni moralisateur au sens péjoratif de l’instrumentalisation à une intégration, ou pire communautariste, ni enseignant c’est à dire uniquement instructif, ni d’ailleurs uniquement distractif car il mène forcément à l’illusion.

Nous souhaitons présenter un art vivant non mineur, mais d'exigence esthétique et de recherche.

En bref, nous voulons voir triompher une politique culturelle  fait d’évènements vivants de plaisir, de rêve et de magie.

Ceci dit, nous souhaitons promouvoir des formes artistiques qui tiennent compte de la réalité sociale où vivent, s'expriment et se débattent adultes comme enfants.

Le spectacle vivant doit contribuer à lui donner une appréhension de la vie au travers de sa sensibilité, de son imaginaire, pour faire naître, après, plus tard, réflexions, analyses et critiques.

Quoiqu'il en soit, le "voir", le "goûter", "l'écoute" sont autant d'activités créatrices.

Certes, reconnaissons l'existence et le besoin de formes artistiques spécifiques pour les enfants de moins de 10 ans. Pour autant cette reconnaissance de différences sur le plan des intérêts, du vécu, du statut aussi n'implique pas une séparation du monde de l'enfant et de celui de l'adulte, tout juste une autre manière d'appréhender son environnement.

La démocratisation de la culture et notamment le théâtre constitue à la fois un enjeu d’avenir, mais aussi un facteur puissant d’accès à la citoyenneté.

En effet, être citoyen actif, c’est avoir une capacité de vigilance, donc un esprit critique, une liberté de pensée, une aptitude à s’exprimer, à trouver sa place, à se bâtir des repères et un système de valeurs respectant les fondements de la démocratie. Pour cela, il faut être acteur de son existence sur la base d’une identité solidement construite.

Les pratiques artistiques et le rapport à l’Art, en participant à la construction du sujet libre, permettent à chacun de s’inscrire dans la vie de la cité pour y exercer ses droits et ses devoirs, car en fin de compte, cette jeunesse et toutes ces populations et tranches d’ages constituent un atout formidable pour la collectivité, si les conditions de leurs émancipations sont réunies.

Comme toutes les villes de banlieue, nos villes sont confrontées aux difficultés d’intégration de sa jeunesse, au chômage, à l’exclusion, au repli identitaire, à des processus douloureux d’acculturation. Certains jeunes y rencontrent des difficultés tant scolaires, que d’ordre familial, génératrices de marginalisation.

Pour permettre à chaque personne,  quelque soit sa tranche d’âge et d’origine, d’être citoyen à part entière, pour répondre à ces difficultés, à ces exclusions, les municipalités se doivent de mettre en place de nombreux dispositifs destinés à réduire les inégalités d’accès à la culture.

Car dans cette démocratie malade, la culture semble bien être, à elle seule, le dernier rempart aux montées, populistes, communautaristes et xénophobes. Elle sert à la compréhension de l’autre, aux cultures autres et enrichit notre République…

Et n’en déplaise à certains ayatollahs de l’enseignement unique des matières fondamentales, il ne faut pas à mon sens, heureusement à l’inverse de ce qui est entrepris par exemple à Gonesse, reléguer du socle des compétences à acquérir, la culture et les arts. Repousser celles-ci uniquement dans le péri-scolaire ce serait une grave erreur et un recul historique.

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2013 4 28 /11 /novembre /2013 08:00

communiqué de presse de Maintenant la Gauche

logo MLG 2La CGT du groupe PSA Peugeot Citroën a permis aujourd’hui de mettre en lumière le montant de 21 millions d’euros provisionné par le groupe PSA pour verser à son président sur le départ Philippe Varin une retraite de plus de 310 000 € par an. Cette retraite chapeau suscite légitimement l’indignation des salariés de l’entreprise qui se voient imposer simultanément un gel de leurs salaires au nom des efforts collectifs de redressement du groupe.

philippe-varin.jpgAlors que les dirigeants du Medef et les libéraux ne cessent de mettre en cause le «coût du travail» pour tenter d’engager la France dans une course au moins-disant social, l’actualité nous rappelle sans cesse que les rémunérations patronales extravagantes comme les exigences des actionnaires et du monde de la finance pèsent bien plus sur nos entreprises que les salaires. Nous devons aujourd’hui poser la question de l’existence d’un revenu maximum. Dans une période de crise économique lourde, des revenus qui équivalent parfois à 600 fois le SMIC ne font que révéler l’ampleur des inégalités qui minent la cohésion sociale.

Il est indispensable d’aligner a minima la situation des entreprises privées sur celle des dirigeants des entreprises publiques où l’écart des rémunérations ne peut plus depuis octobre 2012 dépasser une échelle de 1 à 20. La présence des représentants des salariés dans les conseils d'administration et dans les comités de rémunération des grandes entreprises est encore loin d’être pleinement effective et doit également devenir une priorité conformément à l’engagement de campagne de François Hollande en ce sens. Si ces mesures ne peuvent tenir lieu à elles seules de stratégie économique, elles n’en constituent pas moins un impératif politique pour une majorité de gauche attachée à défendre la justice sociale.

L’exemple de Philippe Varin ne fait que démontrer une fois de plus le caractère illusoire de l’«autorégulation» des entreprises en matière salaires mais aussi stock-options, bonus et retraite-chapeau de leurs dirigeants. Maintenant la Gauche appelle le gouvernement à agir en encadrant au plus tôt par la loi l’ensemble des rémunérations fixes comme variables perçues par les dirigeants des grandes entreprises.

Pour Maintenant la Gauche
Jérôme GUEDJ
Marie-Noëlle LIENEMANN
Emmanuel MAUREL

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 14:12

Le Huffington Post - Marie-Noëlle Lienemann - 25/11/2013 13h01

Le président de la République ne peut plus temporiser, il doit prendre une initiative majeure en assumant un changement de cap et présenter un nouveau pacte majoritaire rassemblant la gauche et les écologistes autour d'une feuille de route législative et gouvernementale.

Car le décrochage avec les Français, et désormais les électeurs qui ont fait sa victoire, est maintenant alarmant. Si les commentateurs et des mobilisations catégorielles mettent l'accent sur la question fiscale, la réalité est que ce sont d'abord les questions sociales, les questions d'emploi, de pouvoir d'achat, de perspectives d'avenir pour leurs enfants et le pays, qui préoccupent nos concitoyens.

2013-04-21lienemann-hollandeLes élections partielles avaient été une première alerte avec une abstention massive et une montée du front national. Les sondages, comme les rencontres sur le terrain montrent clairement que pour les ouvriers, les employés et le peuple de gauche, la défiance, la colère ou pour le moins la consternation ont remplacé ce qui n'était, il y a encore quelques mois, qu'une impatience ou une incompréhension. Stopper ce basculement plus silencieux que la radicalisation tumultueuse des électeurs de droite conditionne une confiance retrouvée des français.

Un discrédit réel s'est, peu à peu, ancré dans l'esprit de nos concitoyens à mesure que se multipliaient les décisions contraires aux engagements de la présidentielle et similaires aux propositions de la droite.

Cela commence avec la ratification du TSCG sans la moindre modification et l'annonce un pseudo plan de relance européenne. Une fois de plus, la fracture entre le peuple et les élites de gauche va se creuser et l'incapacité à réorienter l'Union Européenne grève très sérieusement la confiance donnée au président, la foi en l'avenir du pays et l'adhésion à l'Europe. Cette question est centrale car elle renvoie à l'impuissance des politiques à répondre aux aspirations populaires et à préparer l'avenir de la France par un mode de développement alternatif.

Le pays ne reprendra pas confiance en lui-même tant que ne sera pas engagée, ou pour le moins défendue, une réorientation majeure de la politique européenne.

Entré dans la spirale des "réformes structurelles", le gouvernement engage des mesures tournant le dos à ses promesses. Privilégier la croissance permettrait de résorber les déficits et non l'inverse. Tel n'a pas été le cap choisi. Le redressement industriel par des stratégies de filières, l'intervention de la BPI, une montée en gamme de nos productions. Le "coût du travail" n'était pas l'enjeu. Nous refusions la TVA dite sociale et les aides publiques sans conditions. Le CICE vient totalement à l'encontre de cette vision, financé par un impôt injuste, concerne, pour moitié, des entreprises non engagées dans la compétition internationale et sans contreparties. Suivront l'ANI avec sa "flexi-sécurité", qui met à mal le code du travail, enterre l'encadrement des licenciements bousiers, puis l'allongement des durées de cotisations de retraite.

Ainsi, s'est creusé un redoutable fossé entre le gouvernement avec deux des trois plus grands syndicats représentatifs de salariés, dont les adhérents ont massivement voté pour François Hollande et au-delà avec un nombre grandissant d'ouvriers et d'employés. S'ajouteront divers cafouillages qui entretiendront l'idée d'une absence de vision d'avenir, d'un manque de maîtrise de la situation.

La plupart des Français demandent un changement de politique parce qu'ils savent que la logique de l'austérité, l'alignement aux politiques européennes libérales et la pseudo-politique de l'offre sont des impasses.

La marche forcée vers la réduction des dépenses publiques ne résoudra aucun de nos problèmes et le pseudo-remède s'avérera pire que le mal. Voilà ce qui mine le moral des français qui n'ont pas l'intention d'abandonner leur modèle social et républicain pour un illusoire succès qui ne se concrétise nulle part ailleurs. Reprendre une offensive européenne pour réorienter l'union, sortir des logiques d'austérité et de l'Euro fort, soutenir la croissance et instaurer des convergences sociales vers le haut, harmoniser la fiscalité est incontournable pour la survie de l'Europe et l'adhésion des peuples.

Le président de la République doit, au prochain sommet des Chefs d'Etats, créer l'événement et engager un rapport de force pour cette réorientation de l'UE. C'est un des piliers de l'indispensable sursaut.

Il doit en même temps proposer aux français de sortir de cette crise, de retrouver confiance en eux-mêmes en partant de la singularité de notre modèle, ce qui ne signifie en rien s'enfermer sur l'Hexagone ou se dispenser de réformes. Mais réforme ne doit pas signifier recul et érosion de nos points de force. Il faut renouer avec le volontarisme, et d'une certaine façon revenir aux propositions du candidat Hollande.

1. Sortir de la politique d'austérité avec un plan de relance de la croissance, fondé sur un soutien ciblé à la consommation populaire et aux investissements en particulier par des grands travaux, la transition énergétique et des projets industriels préparant l'avenir. Dès le printemps, avec le courant de gauche du PS, nous faisions des propositions concrètes pour un montant de 44 milliards d'euros, dont seulement 28 financés sur fonds publics. Le tout s'équilibrant dans la durée. Il n'y aura pas d'amélioration de l'emploi, donc de confiance retrouvée en l'avenir sans ce tournant de la relance !

2. Mettre en œuvre une réforme fiscale globale cohérente et durable en commençant par la progressivité de la CSG, en accroissant le nombre de tranche de l'IR. Les hausses de la TVA doivent être annulées et une fiscalité écologique doit orienter réellement les pratiques et financer de grands travaux de transitions énergétiques. L'égalité de prélèvements entre PME et grandes entreprises, la lutte contre les niches et l'évasion fiscale, la conditionnalité systématique des aides fiscales aux entreprises, un meilleur ciblage du CICE et du crédit impôt recherche donnent des marges de manœuvre. La remise à plat annoncée par le Premier ministre doit rapidement s'accompagner d'un calendrier, d'un cadre clair quant aux objectifs à atteindre.

3. Accélérer le redressement productif, au-delà des 34 projets industriels annoncés, en alliant la défense des secteurs industriels menacés, des programmes de filières et l'intervention renforcée par le capital public, voir la nationalisation temporaire (chantiers navals, agroalimentaire, raffinerie), le renforcement de la BPI et de sa réactivité.

Sur tous ces points, des convergences peuvent être trouvées entre l'ensemble des forces de gauche et écologistes. Elles pourraient servir de feuille de route pour la nouvelle étape du quinquennat de François Hollande. Ce rassemblement est déterminant car aucun président, même avec la Vème République, ne peut gouverner sans une majorité politique et sociale.

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 10:25

Regards.fr - 18 novembre 2013

regards.jpgLe PS vient de désigner ses chefs de file pour les élections européennes du printemps prochain. À son aile gauche, Emmanuel Maurel espérait obtenir la tête de liste de l’une des grandes régions. Les médias l’avaient annoncé dans le Sud-Ouest. Le voilà deuxième de liste dans le Grand Ouest, derrière Isabelle Thomas. Le PS a préféré dans le sud donner la première place à un PRG plutôt qu’au leader de la motion arrivée en deuxième position au dernier Congrès. Combien de temps Emmanuel Maurel et ses amis supporteront-ils d’avaler la ligne et les mises à l’écart de la majorité de leur parti ? En attendant, le vice-président du conseil régional d’Ile-de-France chargé de la formation professionnelle et animateur du courant Maintenant la Gauche a répondu à notre mini questionnaire de Proust.

maurel-2-af8ba.jpgMa vertu préférée : La bienveillance.

Ce que j’apprécie le plus chez mes ami-e-s : Leur indulgence.

Mon principal défaut : Rancunier.

Mon occupation préférée : Découvrir, admirer.

Mon rêve de bonheur : En ce moment : boire un « spritz » sur les Zattere à Venise en été.

Ce que je voudrais être : Dans une autre vie, un créateur.

Le pays où je désirerais vivre : J’aime trop la France pour vivre longtemps ailleurs.

Ma couleur préférée : Vert forêt, rouge sang.

La fleur que j’aime : La pivoine.

Mes auteurs favoris en prose : Chateaubriand, Flaubert, Tolstoï, Michelet, Giono.

Mes héros dans la fiction : Robinson Crusoé, le baron perché, Aliocha Karamazov, Fabrice Del Dongo, Tony Soprano.

Mes héroïnes favorites dans la fiction : Anna Karénine, les demoiselles de Rochefort, Daenerys Targaryen, Birgitte Nyborg.

Mes héros dans la vie réelle : Trop de héros morts, pas assez de vivants.

Mes héroïnes de l’histoire : Jeanne D’Arc, Madame de Staël, Flora Tristan.

Ce que je déteste par-dessus tout : Le cynisme.

Personnages historiques que je méprise le plus : Je déteste parfois, mais ne méprise jamais.

La réforme que j’estime le plus : Les congés payés.

Les fautes qui m’inspirent le plus d’indulgence : La plupart.

Ma devise : « Debout ! Dans l’ère successive ! »

Mon état d’esprit actuel : Vigilant.

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 08:23

logos GA 12-12-2012Afin de répondre à la grave crise économique, sociale, politique et démocratique que connaît notre pays, le club Gauche Avenir demande un changement urgent de cap politique et l'élaboration d'un nouveau pacte majoritaire.

Pour un nouveau pacte majoritaire

A l’occasion de la récente réunion de son Comité d’orientation, qui comprend des responsables, militants, intellectuels issus des différentes sensibilités de la gauche politique, syndicale et citoyenne et du mouvement écologiste, le club Gauche Avenir réaffirme :

  • qu’il est indispensable pour la gauche de reprendre l'offensive idéologique face à la montée des idées racistes, poujadistes, réactionnaires et libérales ;
  • que la gauche doit assumer sans complexe ses valeurs, ses idéaux, ses fondamentaux humanistes, républicains et sociaux, la défense des salariés et du monde du travail ;
  • que la contradiction entre un discours avant les élections et une pratique divergente une fois au pouvoir n’est pas acceptable.

C’est pourquoi Gauche Avenir présentera au printemps 2014 un socle de convergences permettant le rassemblement des forces de gauche et écologistes autour de réformes offensives et de changements majeurs, en cohérence avec les engagements pris lors de l’élection présidentielle.

Cette démarche impliquera :

  • la constitution de groupes de travail qui réuniront des experts et des responsables de toutes les composantes de la gauche et des écologistes ;
  • des auditions publiques de personnalités -responsables des différents partis et des mouvements du monde syndical et associatif, intellectuels, économistes-, qui confronteront des propositions pour un nouveau pacte majoritaire prenant en compte les attentes prioritaires des Français.

Gauche Avenir présentera d’ici un mois le programme de ces auditions préparatoires à une nouvelle feuille de route politique pour la gauche, ainsi que celui des travaux des groupes de travail chargés d'établir le socle des convergences pour un nouveau pacte majoritaire.

Par ailleurs, le club Gauche Avenir poursuit son élargissement en diversifiant l'équipe d'animation et sa présence dans les différents départements. Une newsletter mensuelle complète le site (www.gaucheavenir.org), pour associer largement ses membres et sympathisants à son action et ses travaux.    

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 11:29

logo MLG 95-copie-1

 

 

Chers Amis, Chers Camarades,

Notre camarade Bernard MATHONNAT s'est proposé d'animer dans la perspective des élections municipales une formation afin de vous aider à intégrer la Culture dans vos programmes municipaux.

Nos camarades d'Île-de-France sont également invités.

Nous vous proposons de nous retrouver le

Jeudi 12 décembre 2013
à 19h30
Maison des Associations
Rue du Four-Gaudon
à Écouen
(à droite après le gymnase)

invitation et plan joint

matonnat.jpgLes thèmes abordés dans cette formation seront les suivants :

  • paysage culturel départemental,
  • rôle de la culture dans une collectivité territoriale,
  • quelles  structures institutionnelles et leurs rôles ? quels financements ?
  • les divers secteurs de la culture... l'éducation populaire... l'Europe et la culture....
  • que veut dire mise en réseau ?
  • Culture et aménagement du territoire ?
  • Un budget culturel comment s'y prendre ? les grands ratios des villes moyennes...
  • des complémentarités pourquoi ?
    culture et petite enfance,
    culture et éducation nationale,
    qu'est-ce qu'un plan lecture ?

Etc.

Comptant sur votre présence nombreuse,

Amitiés socialistes,   
Frédéric FARAVEL   
Mandataire fédéral de la motion 3

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2013 4 14 /11 /novembre /2013 14:51

« Moi, je pense qu’il ne suffit pas de changer le casting gouvernemental pour régler les problèmes. Hélas, ils sont beaucoup plus importants et beaucoup plus structurels. C’est bien un changement de ligne politique qu’il faut établir aujourd’hui. Il faut que ce changement de politique renoue le contrat, un pacte majoritaire, entre les Français et le président de la République et au sein même de la Gauche, permette le rassemblement de toutes les forces de gauche qui ont fait cette élection… »

Un nouveau sondage nous apprend ce matin, jeudi 14 novembre, que la cote de popularité du chef de l’Etat descend encore. Il est à 15 % de bonnes opinions, selon une enquête réalisée par YouGov pour nos confrères de I-télévision. Marie-Noëlle Lieneman fait partie de ces élus socialistes qui sont un peu à bout de nerfs. Pour elle, la politique du gouvernement ne répond absolument pas aux attentes de ceux qui ont élu François Hollande. Malek Boutih, avant-hier, suggérait que l’on remplace d’urgence le Premier ministre. Est-ce une formule qui permettrait de régler en partie la crise de confiance entre les Français et le gouvernement ?

Pour répondre à ces questions, Frédéric Rivière reçoit Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice socialiste de Paris, ancien ministre et membre du bureau national du PS.


Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice socialiste de... par rfi

Partager cet article
Repost0