Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 mai 2014 4 15 /05 /mai /2014 19:32

Propos recueillis par , publié le 15/05/2014 à 13:02

Décidément, le cap politico-économique de François Hollande ne passe pas pour certains socialistes... Les plus déçus rejoindront peut-être le "Club des socialistes affligés", lancé par Liêm Hoang-Ngoc, membre du bureau national du PS et de l'aile gauche du parti, économiste et eurodéputé sortant.

Des "socialistes affigés" par le "nouveau discours officiel" du PS et de l'exécutif, une "orientation politique néfaste et démobilisatrice": les mots de votre manifeste sont lourds...

Le terme de socialistes "atterrés" aurait également convenu, pour faire écho au "manifeste des économistes atterrés", que j'avais signé en 2010. Mais la marque "atterrée" était "déposée" par mes amis. Le terme de socialistes "affligés" est néanmoins plus fort. Il reflète le sentiment des électeurs de gauche et des militants socialistes qui sont déboussolés et qui ne se tournent pas pour autant vers le Front de Gauche. Ils ne comprennent pas le choix opéré par François Hollande. Son virage libéral est un choix structurant qui peut conduire le PS à la déroute. 

En quoi le cap de François Hollande vous "afflige"-t-il et nuit-il au PS, à vos yeux?

En France, le PS s'est toujours démarqué de la troisième voie initiée par Tony Blair au Royaume-Uni et Gerhard Schröder en Allemagne. Les politiques de l'offre sont aussi impopulaires qu'inefficaces. Elles conduisent désormais la zone euro au bord de la déflation. L'austérité budgétaire et salariale, coordonnée dans toute l'Europe, a engendré un jeu à somme négative dont la conséquence est désormais une insuffisance de demande dans la zone euro. La BCE a certes réagi. Mais la politique monétaire, seule, est impuissante dans ce contexte. 

Les politiques de l'offre sont aussi impopulaires qu'inefficaces

François Hollande a fait ce choix dès sa conférence de presse de novembre 2012 et l'a imposé sans débat au PS. Le rapport commandé à Louis Gallois dès l'été 2012 avait auparavant déminé le terrain du CICE et du pacte de responsabilité.  

Aujourd'hui, le malaise est réel au PS et parmi les parlementaires socialistes. Je ne fais que dire tout haut ce que beaucoup pensent, croyez-moi. Dans leurs permanences, beaucoup sentent le risque des défaites à venir. D'ici 2017, nous allons perdre des régions comme nous avons perdu des villes. Aurons-nous un second tour entre la droite et l'extrême-droite à l'élection présidentielle? Combien de députés socialistes restera-t-il? Une quarantaine? 

Que proposez-vous ?

Il faut réfléchir avec un coup d'avance pour rebondir en cas de déroute de notre camp. La recomposition de la gauche se fera vraisemblablement autour d'un axe rose, vert, rouge. La famille des socialistes doit plus que jamais maintenir des liens avec des formations comme le Front de Gauche (FDG) et Europe-Ecologie-Les Verts (EELV) au lieu de construire de nouvelles majorités avec l'UDI... 

La recomposition de la gauche se fera autour d'un axe rose, vert, rouge 

Ce club a pour vocation de contrebalancer le poids des think tanks sociaux-libéraux que sont Terra Nova et Jean-Jaurès. Social-démocratie et social-libéralisme ne sont pas des synonymes. Nous voulons ainsi montrer qu'une politique keynésienne pro-européenne est bien plus crédible que la politique de l'offre. Il faudra notamment rouvrir le débat sur les politiques budgétaires nationales, excessivement contraintes par les textes européens, et accroître le rôle du budget communautaire. 

Le 12 avril dernier, Liêm Hoang Ngoc était aux côtés de Jean-Luc Mélenchon (FDG) et Alexis Tsipras, leader de la gauche radicale en Grèce, lors d'une manifestation anti-austérité à Paris.

Le 12 avril dernier, Liêm Hoang Ngoc était aux côtés de Jean-Luc Mélenchon (FDG) et Alexis Tsipras, leader de la gauche radicale en Grèce, lors d'une manifestation anti-austérité à Paris.

AFP PHOTO / PIERRE ANDRIEU

Que répondez-vous au porte-parole du PS, Carlos Da Silva, qui estime que votre manifeste est nourri par "l'amertume" de ne pas avoir été reconduit sur les listes du PS pour les élections européennes ?

C'est une basse polémique, qui trahit le fait qu'on nous prend enfin au sérieux... L'idée de ce club germe depuis la première conférence de presse du président de la République, en novembre 2012. Le moment est venu cette semaine de le rendre public, dans la foulée du débat initié par les 90 parlementaires à l'Assemblée nationale et de l'appel des socialistes contre l'austérité qui circule dans les fédérations du parti.  

En amont de cette future "nébuleuse rose-rouge-verte" que vous envisagez, quels sont vos liens actuels avec les frondeurs du PS ? Et avec le Front de Gauche et EELV, dont les représentants sont invités au premier colloque organisé le 7 juin ?

J'ai signé l'appel des 90 parlementaires [pour un nouveau contrat de majorité, publié en avril dans le Journal du Dimanche, ndlr]. S'abstenir était le plus que mes collègues pouvaient faire à l'Assemblée nationale sans ouvrir de crise de régime. Le programme de stabilité a été adopté avec les voix de l'UDI. Ceci indique que la base politique et sans doute sociale de la politique du gouvernement est très étroite. 

Pour ce qui est du FDG et d'EELV, nous avons des atomes crochus évidents. Cécile Duflot a compris qu'il fallait sortir du gouvernement pour ne pas cautionner ce tournant majeur. Quant au FDG, ses dirigeants sauront certainement dialoguer car la droite et l'extrême droite seront bientôt aux portes du pouvoir.

Partager cet article

Repost0
14 mai 2014 3 14 /05 /mai /2014 13:53

marie-noelle lienemann 1Le gouvernement a annoncé une mesure pour les ménages modestes visant à faire sortir 650 000 contribuables de l’impôt sur le revenu. Beaucoup d’annonces, peu d’éléments précis : qui est concerné par cette mesure ?

Rappelons d’abord que l’année dernière, avec la poursuite du gel du barème de l’impôt sur le revenu décidée par Nicolas Sarkozy en 2011, 840 000 contribuables étaient ainsi rentrés dans les barèmes de cet impôtimpot. Est-ce que ce sont ces contribuables qui vont ainsi sortir de l’obligation de payer l’impôt cette année ? C’est peu probable, or bon nombre d’entre eux se croient concernés par cette annonce. Quelle sera leur réaction s’ils apprennent qu’en réalité elle ne concerne que ceux qui auraient du rentrer cette année dans les barèmes de l’impôt sur le revenu du fait du maintien du gel en 2014 ?

De fait, cette annonce risque bien d’être illisible pour ceux de nos concitoyens qui en bénéficieront et qui risquent même d’ignorer qu’ils ont été ainsi épargnés. Cette situation risque de donner une nouvelle fois un fort sentiment de cafouillage et je reste pour ma part fortement convaincue de l’urgence d’une réforme fiscale d’ampleur telle qu’annoncée pendant la campagne présidentielle. Elle seule pourra remettre de la lisibilité et de la justice dans notre système fiscale. Elle seule sera de nature à redonner confiance dans l’impôt.

Marie-Noëlle Lienemann

Partager cet article

Repost0
12 mai 2014 1 12 /05 /mai /2014 14:50

Partager cet article

Repost0
9 mai 2014 5 09 /05 /mai /2014 21:30

Maxime_Lonlas.jpgCirculez, il n'y a rien à voir. Laissez nous faire nos petites affaires tranquillement, et ne venez donc pas "politiser" le débat. Parce que la politisation, c'est vilain ! C'est en substance ce que nous dit Hermann Van Rompuy, l'inexistant président permanent du Conseil européen, issu du PPE.

Maxime Lonlas

Le 10 octobre 2013, lors d'un débat sur l'avenir de l'UE, il a même déclaré : "Vous ne devez pas chercher de solutions quand il n'y a pas de problème. Rechercher des "visages" pour guider l'UE n'est pas une solution". Heureusement, Hermann a une influence sur le processus électoral en cours dans l'Union tout à fait proportionnelle à son image dans la plupart des Etats européens : inexistante. Bref, on a envie de lui répondre qu'il peut en effet circuler, et nous laisser un peu nous, citoyens européens, politiser le débat.

Les conservateurs européens à reculons

Martin_Schulz.jpgA l'origine de cette déclaration de l'ectoplasmique président du Conseil, il y a bien sûr l'investiture de l'Allemand Martin Schulz par le Parti Socialiste Européen en novembre 2013 pour briguer la présidence de la Commission européenne. En cascade, toutes les autres grandes formations européennes ont été obligées de suivre : la gauche européenne a désigné en décembre Alexis Tsipras, leader du parti grec Siriza ; puis les libéraux ont élu le Belge Guy Verhofstadt en janvier ; les Verts européens ont mis un peu de temps mais ont fini par trancher en faveur de Ska Keller, écologiste allemande, contre le Français José Bové ; le PPE enfin, a bien dû s'y mettre, mais vraiment à contrecœur, et a choisi Jean-Claude Juncker, ancien Premier ministre luxembourgeois.

Que les conservateurs européens du PPE choisissent pour candidat à la présidence de la commission un ancien Premier ministre de paradis fiscal n'est guère étonnant. Mais dans cette affaire, l'élément signifiant est que le PPE a dû suivre le mouvement. Il a dû accepter de se doter d'un candidat de sa couleur politique et d'aller à l'encontre de ce petit entre-soi européen (les "milieux autorisés", comme aurait dit Coluche) qui veut que le président de la Commission soit issu de savantes tractations sur lesquelles les citoyens n'ont aucune influence et que le Parlement européen doit valider sans trop discuter.

Certes, politiser le débat ne veut pas automatiquement dire "faire campagne". Juncker lui-même s'en abstient bien volontiers. Il ne faudrait pas que tout cela se voit trop. Il serait bien dommage que la dynamique politique nouvelle que souhaite incarner Schulz se mette à fonctionner... L'ancien Premier ministre luxembourgeois précise même dans une interview au journal Le Monde le 17 mars dernier : "Nous sommes d'accord sur de nombreux points [avec Martin Schulz]." Dans ces conditions, quel sens y a-t-il à faire campagne ?

L'UMP, qui ne compte que sur le rejet du PS pour l'emporter, ne fait d'ailleurs absolument rien pour soutenir son candidat. Divisée entre les fédéralistes tels Lamassoure et les anti comme Wauquiez, sans aucune ligne claire sur la question européenne, elle ne souhaite pas que d'autres paramètres viennent perturber le jeu. Après avoir échoué à soutenir Michel Barnier contre Juncker, Jean-François Copé et ses amis jouent la carte de la discrétion. Il faut dire que Juncker n'est pas un candidat affriolant pour les militants et sympathisants UMP : ambiance technocrate et austéritaire avec paradis fiscal en bonus, ce n'est pas tellement dans l'air du temps...

Bref, dans cette campagne européenne, le PPE et les conservateurs européens y vont, mais à reculons. Et le fait que l'Europe soit dirigée par une Commission marquée à droite depuis maintenant plus de dix ans avec un bilan bien peu fameux est une explication tout à fait incomplète. Car le véritable enjeu n'est pas celui de la seule élection qui vient : il est celui de l'équilibre des institutions européennes et de l'avenir démocratique de l'Union européenne, rien de moins.

Politiser le débat pour infléchir le processus démocratique

Un président de Commission qui se présente comme issu d'un camp politique, cela change tout. Ne soyons bien sûr pas dupes : Martin Schulz, s'il l'emporte, ne va pas s'inventer au lendemain du 25 mai une âme de de grand progressiste. Il reste un social-démocrate très mesuré. Dans l'immédiat, une victoire du PSE ne révolutionnerait pas l'UE, même si le positionnement contre l'austérité à l'échelle européenne et contre un euro fort est salutaire, notamment pour l'état du débat public sur ces questions.

Mais à long terme, cette inflexion du processus démocratique est essentielle. Elle est la condition sine qua non à un avenir politique de l'UE. Il ne s'agit pas d'une question d'incarnation de la politique européenne, d'avoir un visage à aimer ou à détester, mais de montrer qu'en Europe aussi, le débat politique est possible et plusieurs choix s'offrent aux citoyens. Un président de la Commission issu du camp qui remporte les élections européennes est un bon vecteur pour mettre fin à cette idée que la Commission doit être neutre, comme une sorte de représentante de l'intérêt général européen, au dessus du débat politique et des égoïsmes nationaux.

Car c'est bien comme cela qu'a été pensé la Commission durant les débuts de l'Europe communautaire: un organe détaché des débats partisans, permettant de réduire la défiance interétatique et d'adopter des stratégies dépassant les contingences nationales. Sauf que nous ne sommes plus aux débuts, justement, de l'Europe communautaire : l'UE, aujourd'hui, ce sont des milliers et des milliers de pages de règlements, de directives, de traités. C'est aussi et surtout un ensemble de règles économiques libérales, une politique monétaire et un encadrement extrêmement strict des politiques budgétaires des Etats. Cette Union européenne là, puissante dans son impact sur nos vies, ne peut plus rester en dehors du jeu démocratique.

L'équilibre actuel qui, selon le mot de Vivien Schmidt, consiste à avoir au niveau des Etats membres "la politique sans les politiques" ("politics without policies") et au niveau de l'UE "les politiques sans la politique" ("policies without politics") n'est plus tenable. Il n'est surtout plus acceptable ni accepté par les citoyens, depuis quelques années déjà : les Français ont rejeté le projet de Traité constitutionnel européen en 2005, de même que les Néerlandais. L'imposition d'un traité similaire au TCE par voie réglementaire n'a d'ailleurs en rien arrangé l'image anti-démocratique d'une Europe dont les compétences s'élargissent par ailleurs sans cesse.

Que Van Rompuy réduise cette nouveauté à une histoire de "visages" est d'ailleurs éminemment révélateur du combat mené par les forces conservatrices contre l'idée qu'en Europe, les citoyens pourraient peser directement sur les grandes orientations. Les citoyens ne seraient donc pas capables de voter en conscience sur des orientations idéologiques et des propositions politiques ? Ils ne mettraient un bulletin dans l'urne que pour la barbe bien taillée de Schulz où le côté bon vivant de Juncker ? Mépris révélateur s'il en est...

Qu'Angela Merkel refuse toujours de lier de manière organique le résultat des élections au Parlement européen et le candidat qui sera proposé à la présidence de la Commission est tout aussi révélateur : la si puissante cheffe du gouvernement allemand, accepter de s'en laisser compter par un président de la Commission qu'elle n'aura pas choisi ? On rêve...

"There is an alternative !"

Au fond, derrière cette extrême frilosité du camp conservateur européen à toute politisation du débat, il y a deux idées indissociables : le peuple est idiot, et on ne peut pas le laisser mettre son grain de sel dans les choses sérieuses; politiser le débat européen est inutile et dangereux car il n'y a qu'une seule "politique" réellement sérieuse, la politique libéralo-austéritaire actuelle. "There is no alternative", disait Mme Thatcher. Il ne faudrait surtout pas briser ce bel outil qu'est l'actuelle Union européenne pour les conservateurs du PPE : une formidable machine pour imposer aux peuples récalcitrants les mauvaises potions orthodoxes que leurs dirigeants nationaux ont du mal à leur faire avaler...

Martin Schulz et le PSE, en choisissant de présenter un candidat "coloré" politiquement à l'échelle européenne, ont donc jeté la première pierre d'un nouvel équilibre des pouvoir, d'une nouvelle architecture du débat européen, qui permettra à terme aux citoyens de s'en saisir, d'avoir le sentiment que leur vote est utile et qu'il peut peser sur la politique de l'Union. Ce ne sera surement pas pleinement le cas en 2014... Peut-être pas complètement non plus en 2019... Mais en 2024 et pour les élections suivantes ?

Car il ne faut pas sous-estimer l'importance historico-politique de ce type d'inflexions. Quand Philippe Auguste se présente pour la première fois comme Roi de France (Rex franciae) à la fin du XIIe siècle, il pose les bases embryonnaires d'une conscience nationale. C'est l'un des éléments qui permet cinq siècles plus tard au peuple de France, avec la conscience qu'il a d'être français en plus d'être bourguignon ou gascon, de prendre la Bastille et le pouvoir. Martin Schulz, en politisant volontairement le débat européen et en se présentant comme candidat d'un parti européen, permettra peut-être à un peuple européen, avec la conscience qu'il aura d'être européen sans toutefois oublier qu'il est aussi français, grec ou danois, de se saisir du pouvoir à l'échelle de l'Union. Ce ne sera peut-être pas une étape suffisante, mais elle est éminemment nécessaire.

Partager cet article

Repost0
9 mai 2014 5 09 /05 /mai /2014 09:16

Partager cet article

Repost0
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 14:50

AlstomL’entreprise Alstom est extrêmement importante pour l’avenir industriel de la France.

Elle intervient dans deux secteurs clefs. Le ferroviaire, en particulier  avec le TGV qui est une vitrine internationale de la technologie française. Et l’énergie avec les turbines, les éoliennes et les hydroliennes.

Comment ne pas mesurer qu’il s’agit d’activités stratégiques, importantes pour l’indépendance nationale ?

Le carnet de commande d’Alstom est garni même si les politiques  d’austérité européennes ont plutôt diminué les investissements  et, du coup, réduit les commandes alors que les discours sur la transition énergétique fleurissent sans se traduire dans les faits. L’entreprise traverse des difficultés financières, mais nul ne mets en cause sa viabilité.  

Alors tout doit être fait pour sauver l’unité des activités d’Alstom et la capacité de notre pays à peser  sur les orientations de cette grande entreprise qui joue un rôle majeur  dans des filières décisives de notre industrie.

Il faut très rapidement que l’Etat acquière du capital d’Alstom pour pouvoir directement être associé aux choix stratégiques.  

Et qu’on arrête de nous dire que nous n’en avons pas les moyens. A supposer même, que ces moyens ne soient pas disponibles avec la BPI et la Caisse des Dépôts et Consignations, chacun voit bien qu’emprunter à moins de 3 pour cent pour acquérir des actifs ne pose pas de réels problèmes.  D’autant que ces actifs ont un rendement bien supérieur à ce taux de prêt !!

Il faut donc afficher très rapidement une détermination politique absolue pour stopper toutes velléités de vente à la découpe d’un des fleurons de l’industrie française.

On a déjà suffisamment laissé filer nos grandes entreprises sous domination étrangère, avec des effets catastrophiques sur l’emploi et la désindustrialisation du pays. Et ce, par le biais des privatisations qui ont constitué une fragilisation majeure de nos capacités productives.

Ainsi le préalable est l’entrée de l’Etat au capital mais sans doute aussi de mobiliser de grandes entreprises AREVA, Thales, Safran.

Ensuite, il est bien sûr utile qu’Alstom puisse nouer des partenariats avec d’autres acteurs mondiaux intervenant dans le champ de l’énergie, qui est actuellement à coup sûr le plus stratégique.

Si l’Europe était cohérente et appuie la création de géants européens capables de s’affirmer avec force  sur les marchés mondiaux, une alliance avec Siemens  aurait du sens. Mais l’on peut craindre qu’en l’état actuel des textes et politiques de l’UE, tout rapprochement entre Alstom et Siemens soit accompagné d’exigences de réduction du périmètre de certaines activités, des ventes partielles au motif de garantir la concurrence intra européenne et de combattre des tendances monopolistiques.  Aussi paradoxalement, et c’est d’ailleurs l’une des grandes critiques que l’on doit faire à l’actuelle union européenne l’alliance européenne est à haut risque.  Et tous les discours sur l’airbus de l’énergie seront  des rideaux de fumées tant que les traités, les directives sur la concurrence et les aides d’état ne seront pas radicalement modifiées. Ce qui ne semble pas – hélas être à l’ordre du jour. Alors ne soyons pas dupes !

Sans compter que lorsque je parle d’alliance, de partenariat, de rapprochement, je n’imagine pas le rachat par Siemens  de la branche énergie d’Alstom tandis que la France ne conserverait que le ferroviaire. Au passage, le ferroviaire sans les commandes publiques françaises serait bien fragile aussi aucun étranger ne va s’y aventurer. Mais surtout le gros du chiffre d’affaire et l’avenir se jouent dans l’énergie, d’où  l’intérêt des prédateurs.  

Le problème est différent avec général électrique, entreprise américaine présente en France, avec laquelle Alstom avec le site de Belfort a déjà nouer des accords. Car Alstom doit pouvoir élargir dans le champ de l’énergie sa capacité d’intervenir hors de l’union européenne.

Mais, pour l’heure ce qui se joue avec General Electric n’est pas non plus une alliance stratégique, mais bel et bien un rachat et ce n’est pas acceptable pour la France.

L’Etat n’a pas craint d’entrer au capital de Peugeot en même temps qu’un constructeur chinois. A coup sûr si le capital d’Alstom devait  être ouvert à divers partenaires étrangers, le capital public devrait permettre à l'Etat de sauvegarder l’intérêt national, les sites, la technologie et l’emploi en France.

Alors, le Président de la République doit mesurer que le gouvernement sont en face d’un choix quasiment historique au regard du redressement productif et industriel du pays et ne  pas craindre l’indispensable audace.

Obama n’a su nationaliser General Motors pour la sauver, la France doit mettre toute ses forces  à conserver dans le giron national les deux branches d’Alstom.

François Hollande n'a pas répondu à l'attente des Français pour sauver Alstom

Marie-Noëlle Lienemann s’inquiète le 6 mai du traitement qui semble réservé par l’exécutif au dossier Alstom, pourtant essentiel pour l’avenir industriel de la France, la maitrise de technologies majeures pour l’avenir, la transition énergétique, pour l’emploi et les salariés.

hollande_bourdin_06-05-2014.jpgInterrogé sur BFM TV, le président de la République a indiqué que la France avait “suffisamment de moyens de pression” pour obtenir une meilleure offre, souhaitant “faire en sorte que les offres soient enrichies en termes d’emplois”. “Le rôle de l’Etat, c’est d’obtenir des réponses à toutes les questions et faire en sorte que l’intérêt national puisse être préservé”.

A un mois de l’échéance, ces déclarations semblent tout à fait lénifiantes au regard de l’importance des enjeux et de l’urgence de la situation.

Le Président n’aborde pas d’autres voies que celle du dialogue avec d’éventuels repreneurs et en aucune façon, une stratégie permettant de préserver l’unité du groupe entre sa branche transport et celle de l’énergie. Par ailleurs, il n’indique à aucun moment la volonté de garantir que pour ces deux entités, la maitrise des choix industriels et des investissements d’avenir comme des brevets et des futures implantations demeurera française.

Or cette entreprise est un acteur clef de l’avenir industriel de la France. La production d’Alstom dans les turbines, les éoliennes et les hydroliennes permet de développer des innovations utiles au pays tout comme elle est favorable à l’exportation de technologies environnementales. Or c’est l’un de nos grands fleurons nationaux qui est en passe de partir sous contrôle étranger.

Le président de la République aurait dû  poser clairement le principe de l’entrée du capital public afin de garantir l’avenir et l’unité d’Alstom.  C’est la seule façon d’engager  une stratégie inscrite dans la durée qui assure développement de l’entreprise tant par le soutien aux technologies d’avenir que par la diversification de ses exportations. Si des partenariats industriels peuvent être noués ils ne doivent pas avoir pour conséquence le passage sous contrôle étranger d’un secteur industriel clef pour la France sauf à valider la poursuite du déclin industriel du pays.

10 ans après la prise de participation de l’Etat à hauteur de 21% du groupe, malheureusement dilapidée 2 ans plus tard suite à une revente de ses parts à Bouygues, Marie-Noëlle Lienemann demande au Président de la République d’assurer une prise de contrôle décisive par du capital public et national pour sauver Alstom.

Partager cet article

Repost0
5 mai 2014 1 05 /05 /mai /2014 15:01

L’Assemblée nationale a adopté hier le programme de stabilité présenté par le Premier ministre au nom du gouvernement par 265 voix pour, 232 voix contre et 67 abstentions dont 41 de la part de députés du groupe socialiste.

AN2La dynamique engagée depuis plusieurs semaines au sein du Parti Socialiste pour souligner qu’il n’y a pas qu’une seule politique possible s’étend donc : 11 députés avaient décidé de s’abstenir lors de la déclaration de politique générale du nouveau Premier ministre, près d’une centaine d’entre eux s’étaient réunis pour proposer un «nouveau contrat de majorité». Ce sont désormais 41 députés socialistes qui ont clairement signifié leur désaccord avec une orientation économique inspirée de politiques qui démontrent leur caractère inefficace dans toute l’Europe.

Maintenant la Gauche salue la cohérence et le courage de ces 41 élus socialistes - et tout particulièrement dans le Val-d'Oise Jean-Pierre Blazy et Gérard Sébaoun - qui ont, malgré les pressions, la dramatisation et les propos souvent outranciers, fait preuve de constance sur le fond et montré qu’une politique économique plus équilibrée est possible. Des coupes sombres dans les dépenses liées à la protection sociale et la réduction des capacités d’investissement public relèvent d’une logique erronée alors que l’atonie de notre économie appelle au contraire des mesures de relance substantielles. Les mesures annoncées risquent de plus d’impacter durement le pouvoir d’achat des ménages.

Face aux menaces floues mais répétées de dissolution de l’Assemblée, alors même que le gouvernement n’avait pas engagé sa responsabilité sur ce vote, ces parlementaires dont font partie les députés "Maintenant la Gauche" ont fait preuve d’une grande responsabilité en demeurant fidèles au programme validé en 2012 par les électeurs.

Force est de constater que l’assise politique de la majorité est une nouvelle fois fragilisée avec une opposition claire des parlementaires du Front de Gauche mais aussi une prise de distance de plus en plus nette des députés écologistes comme de ceux du MRC.

Nous appelons l’ensemble des socialistes à retrouver le sens de la mise en œuvre des engagements du candidat François Hollande. Le pacte de responsabilité ne s’inspire pas de l’esprit de la campagne présidentielle ni du projet socialiste adopté à l’unanimité en 2011, pas même de l’orientation adoptée majoritairement par le PS lors du congrès de Toulouse.

Il n’y a aujourd’hui pas plus qu’hier une seule politique possible.

Il est urgent de redonner la parole aux militants en les consultant sur des choix de politique économique qui n’ont pas jusqu’ici été débattus au sein du parti majoritaire.

Maintenant la Gauche continuera à défendre des solutions concrètes et réalistes pour redresser notre pays dans la justice et réorienter de toute urgence la construction européenne, comme nous l’avons fait en présentant en 2013 un plan de relance écologique et sociale ou encore une contribution au débat autour de la réforme fiscale. La situation économique appelle une nouvelle étape de redistribution des richesses qui redonne du pouvoir d’achat aux Français et  alimente le carnet de commande des entreprises pour créer à nouveau des emplois. Nous serons aux côtés des députés socialistes qui ont démontré hier leur détermination pour la rendre possible.

Maintenant la Gauche

Partager cet article

Repost0
28 avril 2014 1 28 /04 /avril /2014 21:20

Retrouvez cette tribune dans Le Monde lundi 28 avril et sur lemonde.fr

Par Emmanuel Maurel, vice-président de la Région Île-de-France, membre du Bureau national du PS

En désignant le « monde de la finance » comme « notre adversaire », le candidat à la présidentielle François Hollande avait fait preuve d’un salutaire bon sens. Ce n’est pas à la masse des citoyens de payer les errements et les fautes des principaux responsables de la crise. D’où son mot d’ordre de campagne, le « redressement dans la justice ».

L’indispensable redressement du pays – celui de l’emploi, de notre appareil productif, et secondairement de nos comptes publics – allait de pair avec la lutte, consubstantielle au projet historique de la gauche, contre les inégalités sociales largement aggravées après dix ans de politique de droite.

Ce mot d’ordre, qui a conduit à la victoire de 2012, battait en brèche la thèse libérale de « la préférence française pour le chômage », qui laisse à penser qu’il faudrait arbitrer entre efficacité économique et justice sociale, entre production et redistribution, entre offre et demande. C’est la fierté des socialistes de ne pas être tombés dans le piège tendu par une partie de la droite française selon laquelle, pour faire baisser le chômage et restaurer les marges de nos entreprises, il faudrait sacrifier une protection sociale de qualité, un droit du travail protecteur, des services publics utiles et enviés par nombre de nos voisins.

Nous avons gagné en tenant bon sur cette idée forte : la compétitivité est fille de la cohésion sociale. Rien ne saurait être plus vain et plus néfaste que de s’engager dans une course au moins-disant social. Et cela vaut aussi pour l’Europe. En faisant de la réorientation de la construction européenne une priorité française, le président de la République rappelait que l’Union ne survivrait pas à la compétition généralisée et à l’austérité à perpétuité.

Emmanuel_Maurel_CN.jpgUNE POLITIQUE ÉCONOMIQUE DÉSÉQUILIBRÉE

Deux ans après, je considère que les analyses et les préconisations du chef de l’État étaient les bonnes. Et je regrette, comme nombre de socialistes, qu’il s’en soit éloigné. Nous menons une politique économique déséquilibrée. Le pacte de responsabilité et le plan d’économies annoncé la semaine dernière par le nouveau premier ministre, Manuel Valls, en témoignent.

La logique de ce pacte repose sur un postulat aussi simple que contestable. Le « coût du travail » pèse sur les entreprises. Pour aider celles-ci à restaurer leurs marges et à embaucher plus tard, il faut donc baisser les cotisations sociales et réduire les impôts sur les sociétés. Pour financer ce manque à gagner pour l’État, le gouvernement avait dans un premier temps augmenté la fiscalité indirecte. Il propose aujourd’hui de faire des économies, ce qui ne manquera pas de réjouir une Commission européenne finissante qui ne jure que par les « réformes de structures » et la baisse des dépenses publiques.

Le premier problème posé par ce pacte, c’est que les aides aux entreprises ne sont ni ciblées ni conditionnées. Ainsi, toutes bénéficieront des largesses de l’État, qu’elles soient ou non soumises à la concurrence internationale, qu’elles soient artisanales ou multinationales, en difficulté ou florissantes. Un exemple : le secteur de la grande distribution touchera près de 3,5 milliards d’euros du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE), soit presque autant que l’industrie. Dans ce cas, l’effet d’aubaine joue à plein.

Le deuxième problème, c’est que la seule contrepartie identifiable au pacte de responsabilité, c’est l’extrême rigueur budgétaire. Les sommes engagées en faveur des entreprises sont ainsi compensées, quasiment à due concurrence, par les budgets de l’État, des collectivités et de la Sécurité sociale. A supposer que cette « politique de l’offre » se justifie au regard de la situation objective des entreprises, la baisse des investissements dans le service public national et local peut avoir une conséquence grave : déprimer un peu plus la demande intérieure. Et donc casser la timide reprise de la croissance observée ce semestre.

Mais il y a plus préoccupant encore. Ce sont les salariés et les ménages, y compris les plus défavorisés, qui financent la baisse des cotisations et des impôts pour les entreprises. Cinq millions de fonctionnaires, quinze millions de retraités et huit millions de pauvres – dont les revenus seront à peine revalorisés, contrairement à ce que prévoyait le « plan pauvreté » présenté récemment par l’ancien premier ministre Jean-Marc Ayrault – sont ainsi mis à contribution.

LA PROTECTION SOCIALE EST MENACÉE

Emmanuel_Maurel_Le_Monde.jpgLe risque, c’est évidemment la précarisation du monde du travail. Risque d’autant plus élevé que le financement de la protection sociale est menacé, avec un total des baisses de prélèvements – cotisations patronales, salariales, cotisation sociale de solidarité des sociétés – de près de 15 milliards d’euros.

Alors disons-le brutalement. Pour une personne de gauche, la question sociale ne saurait se résumer à la lutte pour l’emploi. Nous ne pouvons accepter de nous laisser enfermer dans un débat autour de la seule question de « l’efficacité ». Quand bien même il y aurait baisse du chômage, si la politique économique menée plonge des millions de travailleurs dans la pauvreté, si elle bride le pouvoir d’achat des classes populaires et moyennes, si elle ne répond pas à la question cruciale des inégalités, alors l’échec politique et social sera au rendez-vous.

Il n’y aura pas de redressement sans justice. La réduction des déficits n’est pas un objectif politique en soi. En période de croissance atone, elle n’est pas forcément synonyme de relance de l’activité et de baisse du chômage. Comme le notait justement Arnaud Montebourg, ministre de l’économie, du redressement productif et du numérique, c’est même parfois l’inverse. Mourir guéri n’a aucun intérêt. Alors, restons vivants ! Pour ne pas étouffer la reprise, faisons le choix du pragmatisme.

A l’échelon européen, la France peut opposer au funeste pacte de stabilité une stratégie de relance fondée sur l’investissement et la construction de convergences sociales. En cela, nous serons en phase avec le programme du Parti socialiste européen, qui veut « imposer une nouvelle croissance » sur le continent. Dans l’immédiat, nous devons engager un rapport de force avec la Commission en lui signifiant notre refus de respecter dans les délais les critères de déficit restrictifs qu’elle nous assigne.

Au plan intérieur, la relance de l’investissement et de la consommation permettra d’accompagner le regain encore fragile de la croissance. Réservons les aides aux entreprises soumises à la concurrence internationale et aux secteurs d’avenir, renforçons les moyens de la Banque publique d’investissement (BPI), permettons aux collectivités territoriales d’innover localement et de préparer l’avenir.

NOTRE ÉLECTORAT ATTEND DES ACTES

Enfin, il est urgent d’agir pour le pouvoir d’achat. Il ne s’agit pas de faire des « gestes » ou d’envoyer des « signaux ». Notre électorat attend des actes. La réforme fiscale est un outil pour améliorer le quotidien des Français les plus modestes. Mais l’augmentation substantielle du smic lors de sa revalorisation annuelle et le dégel des salaires des fonctionnaires nous paraissent tout aussi nécessaires.

Le sursaut est possible : il est souhaité par nombre de parlementaires de gauche, par des dizaines de milliers de militants, par des millions d’électeurs. A l’occasion des élections européennes, les socialistes prétendent, avec raison, « imposer une nouvelle croissance ».

En montrant la voie, la France pourra s’enorgueillir d’avoir contribué à la rendre possible.

Partager cet article

Repost0
24 avril 2014 4 24 /04 /avril /2014 16:59

 

Militants ou sympathisants socialistes, nous avons élu François Hollande et le Parlement en 2012. Nous leur avons donné notre confiance en votant pour eux, nous attendons que le programme pour lequel ils ont été élus soit leur feuille de route pour tourner la page de l’austérité.

Nous soutenons la centaine de députés qui oeuvrent contre le pacte de responsabilité tel qu’il a été présenté, souhaitons que ce nombre s’agrandisse encore pour infléchir la politique que le gouvernement et le parlement doivent mener ensemble.

Le Parlement est la représentation nationale du peuple français et en cela, il est le porte-voix des citoyens. Nous appuyons donc leur mandat et soutenons un nouveau contrat de majorité pour une autre politique. Pour le redressement du pays dans la justice !

Soutien aux députés socialistes « pour une autre politique »

 

Signer l’appel

Consulter la liste des signataires

100 PS frondeursL’Assemblée Nationale va examiner le 29 avril prochain le programme de stabilité /pacte de responsabilité dont les grandes orientations présentées par le premier ministre viennent d’être confirmées.

Militants ou sympathisants socialistes, nous avons fait campagne en 2012 sur la base d’une promesse de changement, de justice sociale et de progrès.

Nous voulons la réussite de la gauche au pouvoir, condition nécessaire pour la justice sociale. Mais, aujourd’hui, après la défaite historique des municipales, alors que des décisions économiques importantes sont en train d’être prises par le gouvernement et seront bientôt soumises au vote des parlementaires, nous lançons à notre tour un cri d’alarme : la gauche ne réussira que si elle démontre qu’elle met en place une autre politique que celle de la droite. Pas plus aujourd’hui qu’hier, nous ne nous reconnaissons dans les mots de la droite (« charges », « coût du travail », « flexibilité »…) ni dans les choix économiques privilégiant l’« offre » sur la « demande ». Alors que le caractère néfaste socialement et inefficace économiquement des politiques d’austérité est manifeste, envisager de compenser la baisse des cotisations pour les entreprises par une réduction de 50 milliards d’euros des dépenses publiques, c’est prendre le risque de dégrader les conditions de vie d’un grand nombre de gens sans aucune certitude sur les emplois potentiels créés. Il n’existe pas pour nous une seule politique possible. Des députés socialistes ont lancé un appel au gouvernement pour un « contrat de majorité » et ont formulé des contre-propositions visant à ne pas mettre en péril les acquis sociaux et les services publics.

«Les Français ont le sentiment que la politique qu’ils avaient choisie n’est pas assumée. Ils nous l’ont dit dans les urnes. Il faut maintenant passer des urnes aux choix et, pour nous, des mots aux actes. Les temps qui viennent sont pour tous, et pour chacun d’entre nous, une épreuve de vérité.» ont-ils ainsi écrit.

Nous les assurons de notre soutien dans leurs paroles et dans leurs votes.

 Signer l’appel

Consulter la liste des signataires

Partager cet article

Repost0
17 avril 2014 4 17 /04 /avril /2014 18:49

Dans le prolongement de notre courrier au premier ministre avant son discours de politique générale demandant un « contrat de majorité » et plusieurs inflexions, nous venons de saisir à nouveau Manuel Valls suite à l’annonce de son plan de baisses des dépenses publiques.

Paris, le 16 avril 2014,

lettrePM-700x300.jpgMonsieur le Premier Ministre,

Lors de votre déclaration de politique générale du 8 avril dernier, vous avez souhaité que les parlementaires soient respecté-e-s  et qu’en tant en tant qu’élu-e-s de la Nation, nous puissions contribuer pleinement à «l’expression de la souveraineté nationale».

Signataires, avec une centaine de députés du groupe socialiste, d’un texte proposant un « contrat de majorité » autour d’une réorientation des politiques menées jusqu’ici, nous revenons vers vous après notre première rencontre qui suivit immédiatement votre entrée en fonction.

Nous avons pris connaissance de votre déclaration du 16 avril et du plan d’économies. Il relève de notre responsabilité de vous préciser quels sont les choix que nous souhaitons défendre dans les prochaines semaines et les prochains mois.

Comme vous, nous connaissons les enjeux du redressement de la France. Nos propositions ont pour but de rechercher l’efficacité autant que la justice, et d’abord dans les actes.

* * *

  • En premier lieu, nous estimons dangereux économiquement, car conduisant à asphyxier la reprise et l’emploi, et contraire aux engagements pris devant nos électeurs, ce plan de 50 milliards d’économie sur la période 2015-2017. Au-delà de 35 milliards, nous croyons que reculs sociaux et mise à mal des services publics seront inéluctables. C’est dans ce cadre, et pour répondre à l’exigence de justice que nous nous opposons au gel des prestations sociales, qui atteindrait des millions de familles modestes. Elles ne sauraient être appelées à financer le pacte de responsabilité ou des mesures de pouvoir d’achat.
  •  Ensuite, pas plus qu’il n’y aura de croissance sans soutien au pouvoir d’achat, il n’y aura de croissance sans investissements publics. A cet égard, l’effort demandé aux collectivités locales (10 milliards sur 3 ans) fait courir le risque de briser l’investissement local (3/4 de l’investissement public). Nous disons oui aux économies de fonctionnement, non au gel des investissements. Nous souhaitons donc que soit lancé un appel à projets d’investissements de 5 milliards d’euros en direction des collectivités locales (logement, transports en commun, transition écologique…), particulièrement nécessaires pour les territoires les plus en difficulté, zones rurales, quartiers populaires etc., ce qui ramènera l’effort demandé aux collectivités locales à 5 milliards d’euros (et non 11 milliards).
  • Nous voulons aussi aller plus loin et plus vite sur le pouvoir d’achat : nous demandons un effort supplémentaire de 5 milliards d’euros pour le pouvoir d’achat, portant à 10 milliards l’effort global, et ce dès 2015. Nous devons agir plus efficacement pour la réduction des inégalités. La réforme fiscale en préparation devra œuvrer en ce sens et le plan pauvreté devra être financièrement sanctuarisé.
  • Enfin les emplois aidés doivent être amplifiés pour faire le tuilage avec ceux qui résulteront de nos politiques économiques : une enveloppe de 1 milliard d’euros devrait être débloquée pour 50 000 emplois d’avenir supplémentaires et un plan pour les chômeurs de longue durée.

* * *

Pour financer ces inflexions, nous défendrons l’idée d’ouvrir des marges de manœuvres nouvelles :

  • Au plan européen en présentant, dans le pacte de stabilité, une trajectoire plus crédible de réduction des déficits, prévenant ainsi les effets contre-productifs sur l’activité économique et les risques de recul des acquis sociaux. La France a déjà réalisé un effort considérable, en réduisant le déficit structurel (celui qui efface les à-coups de la conjoncture) de 3.9% à 1.7% en 2014. Il faut avant tout le stabiliser. C’est le retour de la croissance qui déterminera le passage de mois de 3% du déficit effectif. Ainsi, cet objectif de passer sous la barre des 3% pourrait être maintenu mais décalé dans le temps. Pour contribuer à le rendre crédible, nous rappelons que certaines dépenses (à commencer par la défense) devraient être extraites de cet indicateur.
  • Au plan national, en concentrant les aides aux entreprises. On peut faire mieux avec moins, en ciblant sur l’industrie, en obtenant des contreparties sérieuses et précises en matière d’investissement, et en conditionnant les aides pour éviter tout détournement de l’effort public vers les dividendes, les hautes rémunérations ou la finance. Nous proposons de ramener l’enveloppe CICE / baisse des cotisations à 20 milliards au lieu des 30 prévus. Nous défendrons l’idée d’une fusion du CICE et du CIR, dans un CICER régi par les principes du CIR élargi aux dépenses de modernisation des usines françaises (machines à commande numérique, robotisation…).

* * * * *

Nous formulons ces propositions dans un esprit de responsabilité et de loyauté tant à l’égard de l’exécutif que de nos électeurs, et d’un parlement réellement en mesure d’amender la loi en étant force de contre-proposition.

Elles guideront nos votes lors des grands rendez-vous que vous avez fixés avec le Parlement : Pacte de stabilité, programme national de réformes, collectif budgétaire, loi de finance et loi de financement de la sécurité sociale.

Dans l’attente d’échanger avec vous sur ces orientations qui pourraient conforter le contrat entre la majorité et l’exécutif que vous avez-vous-même appelé de vos vœux, nous vous prions, M. le Premier Ministre, d’accepter l’expression de notre haute considération.

Pouria Amirshahi, Laurent Baumel, Laurence Dumont, Fanély Carrey-Conte, Jean-Marc Germain, Daniel Goldberg, Jerôme Guedj, Arnaud Leroy, Marie-Noëlle Lienemann, Emmanuel Maurel, Pierre-Alain Muet, Marie-Lou Marcel, Philippe Nogues, Christian Paul

100 PS frondeurs

Partager cet article

Repost0