Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 07:17


Martine Aubry invitée de C politique par martineaubry

"Je suis confiante parce que je crois qu'on a tous une responsabilité aujourd'hui et que nous savons bien qu'il faut changer profondément le système. C'est pour ça que je pense que je vais gagner les primaires. Parce que je pense qu'il y a beaucoup d'hommes et de femmes en France, qui sont engagés, et pas obligatoirement engagés en politique : engagés dans une association, engagés dans un syndicat, engagés tous simplement pour retrouver la France qu'on aime."

Partager cet article

Repost0
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 10:45

AubryRose

Avec Martine Aubry
2012, le changement pour une France plus Juste

 

Mardi 4 octobre 2011
20h30 - Écuries d'Écouen
(derrière l'Hôtel de Ville d'Écouen - plan ici)

 

Débat Public

Gerard_Filoche_1_blog.jpgavec

Gérard FILOCHE

Inspecteur du travail et membre du bureau national du Parti Socialiste

En présence de :

  • Charlotte Brun, Première adjointe au Maire d'Écouen, Conseillère régionale et Secrétaire nationale du PS en charge des personnes âgées, du handicap et de la dépendance
  • Michèle Greneau, Maire de Fontenay-en-Parisis
  • Emmanuel Maurel, Vice Président du Conseil régional, Conseiller municipal de Persan, Secrétaire national du PS en charge des universités d'été et permanentes
  • Adélaïde Piazzi, Première adjointe au Maire de Montmorency

bandeaupersonnalitesUMA95.jpg

 

planEcouen.jpg

Partager cet article

Repost0
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 10:30

aubryLogement.jpg

à gauche ou à droite, certains candidats font assaut de pseudo-responsabilité et propose l'austérité budgétaire qui frappera d'abord les plus pauvres, les classes populaires et les classes moyennes. En Île-de-France, 66% des habitants entrent dans les critères du logement social ? Alors l'austérité de droite ou de gauche, c'est simplement indécent !

Martine Aubry propose la construction annuelle de 150 000 logements sociaux, pour un coût de un milliard par an. Pour les nouveaux programmes immobiliers de plus de 15 logements, elle souhaite mettre en place une mixité sociale renouvelée, à raison d'un tiers de logement social, un tiers d'accession sociale à la propriété et un tiers de privé.
Martine Aubry souhaite en outre que la loi SRU instaurant le principe de 20% de logements sociaux dans les villes « soit réellement appliquée », regrettant la faiblesse des sanctions existant actuellement.

Partager cet article

Repost0
30 septembre 2011 5 30 /09 /septembre /2011 09:00

AubryRose

Avec Martine Aubry
2012, le changement pour une France plus Juste

 

Mardi 4 octobre 2011
20h30 - Écuries d'Écouen
(derrière l'Hôtel de Ville d'Écouen - plan ici)

 

Débat Public

Gerard_Filoche_1_blog.jpgavec

Gérard FILOCHE

Inspecteur du travail et membre du bureau national du Parti Socialiste

En présence de :

  • Charlotte Brun, Première adjointe au Maire d'Écouen, Conseillère régionale et Secrétaire nationale du PS en charge des personnes âgées, du handicap et de la dépendance
  • Michèle Greneau, Maire de Fontenay-en-Parisis
  • Emmanuel Maurel, Vice Président du Conseil régional, Conseiller municipal de Persan, Secrétaire national du PS en charge des universités d'été et permanentes
  • Adélaïde Piazzi, Première adjointe au Maire de Montmorency

bandeaupersonnalitesUMA95.jpg

 

planEcouen.jpg

Partager cet article

Repost0
29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 15:15

Les personnalités du courant socialiste « Un monde d’avance », l’aile gauche du parti emmenée par Benoît Hamon et Henri Emmanuelli, lancent un appel aux électeurs de toute la gauche, en faveur de la candidature à la primaire de la première secrétaire sortante du PS.

Avec les primaires citoyennes, les socialistes et les radicaux ont mis entre les mains du peuple de gauche –c’est-à-dire de tous les Français qui se reconnaissent dans les valeurs de la gauche et de la République– la désignation de leur candidat en 2012. Les 9 et 16 octobre prochain se joue non seulement le choix d’une personnalité, mais aussi et surtout une stratégie et un projet politiques.

La future majorité présidentielle n’aura ni le même périmètre ni le même contenu selon que telle ou tel sera élu(e) le 16 octobre.

Notre appel s’adresse donc aussi aux électeurs de gauche qui ne votent habituellement pas socialiste au premier tour des élections. Vous êtes sympathisant écologiste, communiste, front de gauche, républicain... Vous êtes syndicaliste et impliqué dans les luttes et les mouvements sociaux dans votre entreprise, à l’hôpital, à la Poste, à l’Education nationale, à Pôle emploi ou dans toute autre administration ou service public. Vous êtes militant associatif, altermondialiste, humanitaire, engagé dans le combat pour les droits de l’homme et la lutte contre le recul des libertés fondamentales. Vous n’êtes pas forcément socialiste mais de gauche. Vous pouvez décider du choix du candidat qui pourrait figurer au second tour de l’élection présidentielle face à Nicolas Sarkozy.

Les primaires vous offrent le choix de plusieurs candidats, plusieurs tempéraments, plusieurs identités politiques.

Nous connaissons ce qui fait débat entre les partis de gauche. Nous identifions des convergences : la démocratisation des institutions, le soutien aux services publics, la nécessité d’augmenter le pouvoir d’achat, la réforme fiscale et l’augmentation des prélèvements sur le capital. Nous connaissons aussi les sujets qui font toujours débat, les priorités sociales, le nucléaire et la transition écologique, la politique salariale, certains aspects de la construction européenne.

Voilà des années que nous sommes engagés, souvent au côté des autres forces de gauche et écologistes, mais aussi en soutien et en solidarité avec les mouvements sociaux, pour faire obstacle aux politiques de la droite, au démantèlement de notre modèle républicain, à la remise en cause des droits sociaux et des avancées issues du Conseil national de la Résistance.

Au sein de notre parti, nous avons défendu ces exigences, proposé une voie alternative au néolibéralisme, soutenu des idées qui hier semblaient minoritaires et apparaissent aujourd’hui indispensables face à la crise : ainsi du retour assumé de l’intervention publique, de la taxation des mouvements financiers, de la hausse des salaires qui ne sont pas l’ennemi de l’emploi, de la nécessaire transition énergétique...

Ces sujets qui font débat à gauche, font aussi débat entre les candidats à la primaire. Les priorités ne sont pas les mêmes, sur la rigueur budgétaire, les restrictions au libre échange, la lutte contre les délocalisations et les licenciements boursiers ou le non cumul des mandats.

Nous avons participé activement à l’élaboration du projet socialiste et avons pu observer la capacité et la volonté de Martine Aubry de prendre en compte notre point de vue dans une synthèse nouvelle entre la responsabilité de gouverner et l’ambition de transformation sociale : création d’une banque publique d’investissement, sortie progressive et définitive du nucléaire civil, réduction des écarts de salaire, juste échange contre le dumping social et environnemental, réorientation radicale du projet européen, revalorisation des salaires.

Au-delà de ses qualités de dirigeante qui fédère, ses aptitudes de femme d’Etat qui n’oublie pas qu’elle est socialiste avant d’être gestionnaire, c’est à l’aune de sa détermination à engager le pays vers un nouveau modèle de développement que nous avons décidé de lui apporter notre soutien.

Avec nous, avec les socialistes et les radicaux, votez le 9 octobre pour Martine Aubry.

Benoît Hamon, Porte-parole du parti socialiste, conseiller régional d'Île-de-France

Henri Emmanuelli, membre du bureau national, député, président du conseil général des Landes

Marie-Noëlle Lienneman, membre du bureau national, sénatrice

Pouria Amirshahi, secrétaire national

Charlotte Brun, secrétaire nationale, conseillère régionale et Première adjointe au Maire d'Ecouen

Jean-Jacques Chavigné, membre du conseil national

Pascal Cherki, membre du bureau national, Maire du XIVe arrondissement de Paris

Stéphane Delpeyrat, membre du conseil national, Vice-président du conseil régional d'Aquitaine, Maire de Saint-Aubin

Olivier Dussopt, porte-parole de Martine Aubry, député, Maire d'Annonay

Gérard Filoche, membre du bureau national

Jérôme Guedj, membre du bureau national, Président du conseil général de l'Essonne

Razzy Hammadi, secrétaire national

Régis Juanico, secrétaire national, député, conseiller général de la Loire

Bruno Julliard, secrétaire national

Renaud Lagrave, membre du bureau national, premier secrétaire fédéral des Landes, Vice président du conseil régional d'Aquitaine

Marianne Louis secrétaire nationale, conseillère régionale, adjointe au Maire d'Evry

Emmanuel Maurel, secrétaire national, Vice président du conseil régional d'Île-de-France

Germinal Peiro, secrétaire national, député, conseiller général de Dordogne

Nadia Pellefigue, membre du bureau national, conseillère régionale de Midi-Pyrénées

Paul Quilès, ancien ministre

Liem Hoang-Ngoc, secrétaire national adjoint, député européen

Roberto Romero, secrétaire national adjoint, conseiller régional d'Île-de-France

Isabelle Thomas membre du bureau national, Vice présidente du conseil régional de Bretagne

Eric Thouzeau, membre du conseil national,

Michel Vergnier membre du bureau national, député, Maire de Guéret

Partager cet article

Repost0
29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 15:14

Invité de la matinale de France Inter vendredi 23 Septembre, Jean-Pierre Jouyet, président de l’AMF a appelé à un dialogue entre la gauche et la droite pour mettre en œuvre la rigueur budgétaire et l’austérité.

Jean-Pierre Jouyet semble avoir développé le syndrome de Stockholm : censé être le gendarme de la Bourse et plaider pour davantage de régulation, il est devenu le porte-parole des marchés financiers auprès des autorités publiques.

Il y a quelque chose d’assez insupportable à entendre celui qui a été ministre de Nicolas Sarkozy dans un des gouvernements les plus à droite de la Ve république, et en outre totalement impuissant à lutter contre les paradis fiscaux et à désarmer les marchés, décerner aujourd’hui des certificats de sérieux et de compétence parmi les dirigeants de la gauche.

Toute tentation de recycler des hommes de Sarkozy nous exposerait au risque de recycler sa politique. C’est la démonstration que fait Jean-Pierre Jouyet en prônant la poursuite par la gauche de la politique d’austérité déjà mise en œuvre par Nicolas Sarkozy.

La gauche doit lever toute ambigüité et clarifier ses intentions et sa stratégie électorale. Le périmètre de la future majorité et les alliances électorales doivent être débattus dans la plus grande transparence par les candidats aux primaires. Seul le rassemblement de la gauche garantit la victoire et bien davantage : le vrai changement.

C’est le sens de notre soutien à la candidature de Martine Aubry.

Henri Emmanuelli & Benoît Hamon

Partager cet article

Repost0
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 07:03

Partager cet article

Repost0
20 septembre 2011 2 20 /09 /septembre /2011 14:17

Lundi matin, Martine Aubry était l'invitée spéciale de la rédaction de Libération. Elle a répondu aux questions de la rédaction sur tous les sujets d'actualité : Union de la gauche, crise financière, retraites, éducation, logement, international, campagne des primaires... L'interview a été publiée dans Libération ce mardi 20 septembre.


L'éditorial de Nicolas Demorand: «Pour Martine Aubry, l'idée de progrès n'est pas morte, de nouveaux droits restent à conquérir. Et l'Etat qui va avec: offrant le maximum de protections à ceux qui en ont besoin et le maximum de liberté à ceux qui la recherchent»

«Esquisse. Les candidats à la primaire socialiste face à l’équipe de Libération : dans les jours et les semaines qui viennent, tous auront l’occasion de répondre à nos questions. C’est Martine Aubry qui a ouvert le bal : deux heures et demie d’une interview collective, en profondeur, sans tabou ni langue de bois, sur les sujets qui font l’actualité… et ceux qui devraient la faire, à la veille d’une présidentielle.

Crise économique, impuissance politique européenne, reconnaissance de la Palestine comme Etat, réforme de la recherche et des universités, carte scolaire, grandes écoles, avenir de l’audiovisuel public, séparation des pouvoirs via la restauration de l’indépendance de la justice, intervention télévisée de DSK, «pacte de Marrakech» : interrogée par les spécialistes de la rédaction, Martine Aubry s’est montrée précise, offensive et carrée.

A aucun moment elle n’a paru la candidate «par défaut» que dépeignent ses adversaires et la rumeur. Au contraire : elle avoue trouver un réel plaisir politique à la primaire et semble même regretter que les échanges soient si feutrés entre les candidats. Alors que le premier débat télévisé entre compétiteurs socialistes avait été accaparé par le thème de la rigueur économique, Martine Aubry a martelé que la politique ne se résumait pas au plan de bataille pour revenir à l’équilibre budgétaire.

Pour elle, l’idée de progrès n’est pas morte, de nouveaux droits restent à conquérir et la gauche doit s’atteler à penser «la société des individus» ou des «personnes». Et l’Etat qui va avec : offrant le maximum de protections à ceux qui en ont besoin et le maximum de liberté à ceux qui la recherchent. Bref, au-delà des graves contingences économiques du moment, l’esquisse d’un modèle de société dont on espère qu’il sera complété ou contesté dans le cadre de la primaire.»

Les réponses de Martine Aubry à Libération

On se présente parce qu'on pense que l'on est à la hauteur

«On se présente parce qu’on pense que l’on est à la hauteur pour répondre aux problèmes de son pays. Je pense qu’il faut de l’épaisseur pour cela et non pas se regarder dans le miroir tous les matins pour dire : «Je suis la plus belle.» Non, il faut se dire : «En fonction de ce que j’ai vu, de ce que j’ai compris, de ce que je propose, ai-je la capacité de porter un projet et d’engager derrière moi les Français ?» C’est ma conviction aujourd’hui, c’est ce qui m’a amenée à être candidate.

La campagne des primaires: «je suis heureuse»

«Je suis heureuse de deux manières. D’abord, parce qu’ayant quitté la direction du Parti socialiste, je parle en mon nom propre. Cela donne parfois plus de liberté. Deuxièmement, j’ai l’impression de refaire de la politique comme je l’aime.»,  explique Martine Aubry, qui dit retrouver «la politique telle que je l’aime ; cela faisait longtemps que je n’avais pas eu ce sentiment très fort».

Le progrès au coeur de l'action

«Cela a l’air cucul de le dire, mais réenchanter la politique, dire que la notion de progrès veut dire quelque chose aujourd’hui, dire que les Français me parlent aussi de leur angoisse de voir un pays rétréci, qui n’est plus envié, qui est regardé souvent avec mépris, ça compte».

Les banques: séparer les activités de dépôt et les activités financières

«Depuis 2008, rien n’a changé», note Martine Aubry, qui prône une «séparation des activités de dépôt et des activités financières».

Les eurobonds: «je suis très favorable»

«Oui, je suis très favorable aux eurobonds et je regrette que Nicolas Sarkozy ait changé d’avis pour faire plaisir à Mme Merkel, qui sentait que les Allemands n’en voulaient pas. En contrepartie, elle lui a fait plaisir en lui faisant croire qu’elle croyait à sa règle d’or.»

Retraites: partir à 60 ans pour ceux qui ont commencé à travailler tôt ou pour les métiers pénibles

Martine Aubry a epxliqué que pour «la retraite à taux plein concerne ceux qui ont commencé à travailler tôt ou ceux à qui nous dirons, après négociation avec les syndicats, que, par exemple, leur année à la chaîne chez Moulinex compte pour 1,2 année et non pas une année, car ce sont des travaux pénibles». Elle ajoute que «trois millions de Français ont commencé à travailler tôt, trois millions pourront partir à 60 ans à taux plein alors qu’on leur demande aujourd’hui d’attendre l’âge de 62 ans».

«Oui, il faut augmenter la durée des cotisations parce que l’espérance de vie s’accroît, a expliqué Martine Aubry, qui a souligné dans le projet avoir «pris les hypothèses les plus dures de 2025 et nous avons dit : «Il faut passer aujourd’hui à 41 ans, puis à 41 ans et demi en 2025». Elle rappelle également que' «on ne réglera pas le problème des retraites sans des ressources nouvelles», qui seront «les compléments de salaire qui, aujourd’hui, ne paient pas les cotisations retraites : les stock-options et les bonus, qui représenteront 2 milliards par an ; sur la participation et l’intéressement (les syndicats nous ont donné leur accord), qui représenteront 3 milliards par an. D’autre part, il faut faire financer les retraites par les revenus du capital et par les banques ; nous avons prévu une taxation spéciale sur les banques - que l’on ne vienne pas nous raconter que cela ne va pas».

Education: «un plan de refondation de l'école»

«Avec l’ensemble des organisations syndicales, nous avons convenu de démarrer le travail au lendemain de la primaire, afin qu’une des premières lois - à l’automne 2012 - soit un plan de refondation de l’école sur cinq ans avec des moyens et des priorités» Martine Aubry s'engage à «recentrer la mission des enseignants qui est de donner une culture commune, de donner envie d’apprendre aux élèves, d’en faire des citoyens à même de se forger des opinions», et à «remettre les enseignants là où l’on en a le plus besoin, éventuellement prévoir 12 à 15 élèves par classe dans certains endroits, pour en mettre 30 dans d’autres.» Elle a également précisé qu'elle remettrait en place la carte scolaire.

Sécurité: d'abord ajouter 10.000 policiers, et faire la police des quartiers

Martine Aubry a appellé à «ajouter 10 000 policiers et gendarmes», puisque la droite en a supprimé «11 000 environ». Martine Aubry veut «remettre les policiers et les gendarmes sur la sûreté, la sécurité et la tranquillité publique. Aujourd’hui, nous n’avons plus de policiers dans les quartiers».

Logement: «bloquer les loyers à la relocation»

Martine Aubry a détaillé trois propositions:

- bloquer les loyers à la première location et à la relocation dans toutes les zones tendues, donc dans toutes les grandes villes.

- s'attaquer à la politique de défiscalisation «des propriétaires qui achètent pour louer», qui représente 11 milliards sur les 33 que représente le budget du logement». Elle a appellé à «réduire de 3 à 4 milliards ces 11 milliards»

- les marges dégagées permettront de construire«150 000 logements sociaux par an», et d'«aider les collectivités locales à acheter du foncier». Notre candidate milite pour que «chaque projet de création de plus de 15 logements doit avoir un tiers d’accession sociale à la propriété, un tiers de social un tiers de privé», comme elle l'a réalisé à Lille.

Partager cet article

Repost0
20 septembre 2011 2 20 /09 /septembre /2011 13:58

AubryRoseRévolutionner les services publics pour
restaurer l'accès pour tous à la santé

Mercredi 28 septembre 2011 à 14h30, les volontaires du changement, militants de la campagne de Martine Aubry pour l'élection présidentielle, se rendront à la rencontre des patients et des professionnels de santé du centre hospitalier Simone-Veil d'Eaubonne-Montmorency.

Ils leur présenteront les propositions de Martine Aubry pour une France plus juste en remettant l’hôpital au cœur du système de santé et en sauvant la sécurité sociale.

charlottebrun.jpgCharlotte Brun, Première adjointe au Maire d'Écouen, conseillère régionale et adelaidepiazzi.jpgsecrétaire nationale du PS aux personnes âgées, handicap et dépendance, ainsi qu'Adélaïde Piazzi, Première adjointe au Maire de Montmorency, participeront à cette initiative.

Rendez-vous mercredi 28 septembre à 14h30
28, rue du Docteur Roux à Eaubonne

Partager cet article

Repost0
18 septembre 2011 7 18 /09 /septembre /2011 17:11

Partager cet article

Repost0