Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 juin 2012 1 25 /06 /juin /2012 09:03

Par THIERRY MARCHAL-BECK Président du Mouvement des Jeunes Socialistes France, WOLFGANG MOITZI Président des SJÖ (Jeunesses socialistes autrichiennes) , MARCELINO TORRE CANTO Secrétaire général des JSE (Jeunes socialistes espagnols) , SASCHA VOGT Président des Jusos in des SPD (Jeunes socialistes allemands)

ECOSY_logo.jpgJeunes socialistes d’Europe, nous avons toujours cru en l’idée d’une Europe qui garantit la paix et la prospérité à chacun. De cette idée découlait la nécessité de construire des politiques économiques et monétaires communes comme piliers du projet européen. Mais, dans le même temps, les politiques néolibérales de dérégulation et de privatisations conduisaient tout droit à la crise actuelle. Ne l’oublions pas : alors que, dans un premier temps, on libéralisait les marchés financiers, les Etats étaient affaiblis par des baisses d’impôts sur les plus hauts revenus et patrimoines. Puis, en pleine crise financière, les Etats durent sauver les banques à coup de milliards d’euros. Aujourd’hui, ces mêmes Etats sont désignés comme les coupables de la crise, supposés payer leurs déficits par une rigueur à sens unique. Nous sommes convaincus que l’Europe ne doit pas être un projet néolibéral, alors même que l’échelon européen a été utilisé dans la dernière décennie par les conservateurs et libéraux pour mieux imposer leurs idées néolibérales.

Le Pacte budgétaire pose la dernière pierre de cette politique. La coordination des politiques fiscales qu’il engendre fait fausse route. Ce Pacte budgétaire européen méconnaît la plupart des causes de la crise et en aggrave les symptômes. Chacun d’entre nous a pu constater que le stratagème utilisé jusqu’à ce jour a échoué politiquement et économiquement dans les Etats en crise. Le chômage des jeunes est colossal et constitue à lui seul un indicateur d’impuissance politique. Pour des millions de jeunes, il rime avec un manque criant de perspectives d’avenir. Le Pacte budgétaire ne pourra être modifié et prive les générations futures de toute marge de manœuvre. Pour de nombreux pays, l’austérité veut dire «récession», «chômage de masse» et «érosion de la démocratie».

pselogo2.jpgJeunes socialistes européens, nous voulons une autre Europe, une Europe dessinée selon nos valeurs de solidarité, d’égalité, de justice. Une Europe qui garantit la prospérité pour tous et non pour quelques-uns. Une Europe où la démocratie ne restera pas un vain mot.

C’est pourquoi nous exhortons nos «partis pères» à ne pas ratifier le traité dans sa forme actuelle. Une coordination effective des politiques fiscales signifie plus que l’application de règles d’endettement rigides. Ce dont nous avons besoin repose sur ces deux éléments :

- Une stratégie de création d’emplois en Europe : nous pouvons et devons vaincre le chômage de masse, pas uniquement mais particulièrement pour les jeunes. Nous avons aussi besoin d’un élan de croissance soutenable, notamment encouragé par des programmes européens d’investissements en faveur de la transition énergétique. Ceci permettra de réduire notre consommation d’énergies fossiles, de développer les énergies renouvelables, de garantir l’indépendance énergétique de l’UE et de créer des millions d’emplois en moins de cinq ans. La Banque centrale européenne (BCE) devrait financer directement ces investissements. Enfin, les Etats doivent harmoniser vers le haut leurs dépenses d’investissements, notamment pour pouvoir investir dans l’éducation ou la protection sociale. Grâce à ces choix nous n’allumerons pas qu’un feu de paille court-termiste.

UnionEuropeenne.JPG- Un accord contraignant sur un renforcement, partout en Europe, des recettes publiques par le biais, par exemple, de l’instauration au niveau européen d’une taxe sur les transactions financières, d’un impôt minimum sur les sociétés et les hauts patrimoines, qui fournisse les capacités financières permettant d’agir en Europe. Une nouvelle politique monétaire doit être définie avec, pour objectif, d’encourager l’emploi, de permettre un contrôle plus strict tant des banques privées que des créations monétaires excessives en leur faveur. De même, il devra être possible pour la BCE de prêter directement aux Etats : nous ne pouvons accepter plus longtemps que le secteur privé fasse d’énormes profits sur le dos des peuples européens !

Cette alternative, nous l’appelons de nos vœux, non pour nous soustraire à notre responsabilité envers l’Europe, mais bien pour nous y soumettre.

Nous nous situons à la croisée des chemins.

Est-ce que l’Europe sociale-démocrate entend suivre le chemin des néolibéraux, des forces conservatrices et libérales ? Est-ce que l’Europe entend ainsi affaiblir des politiques sociales et démocratiques futures ? Ou est-ce que l’Europe accepte de se libérer des contraintes pour construire une autre Europe, une Europe de l’égalité ? Nous sommes convaincus qu’une autre Europe, sociale et égalitaire pour tous est possible. Osons en poser la première pierre dès aujourd’hui !

Partager cet article

Repost0

commentaires