Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 mai 2013 1 27 /05 /mai /2013 07:08

banquet-20-454x290.jpgQualifier une intervention de « forte et libre » comme le disait le premier fédéral Rachid Temal du discours de Michel Rocard à l’occasion du banquet républicain du PS95 signifie en général que le propos de l’orateur est assez décapant et décalé par rapport au cadre dans lequel il s’exprime.

Libre, le (long) exposé de l’ancien Premier ministre l’a assurément été, n’épargnant ni le Parti Socialiste ni le gouvernement quand il s’agit de pointer ce qui relève à ses yeux de l’aveuglement politique.

936906_10200790019886905_873468074_n.jpgIntéressant sur le plan intellectuel également puisque le remplaçant au pied levé de Michel Sapin qui était initialement annoncé a développé son analyse de la crise économique actuelle dans une perspective historique très large.

Après la traditionnelle mise en cause de François Mitterrand et de ses errements de 1981 sans laquelle il ne saurait être de bon discours de Michel Rocard, ce dernier s’est livré à une analyse du fonctionnement du système capitaliste. Sans trancher sur le fait de savoir s’il connait actuellement sa crise finale, il semble indéniable à ses yeux que ce système peut s’effondrer du fait de ses contradictions internes.

L’ancien dirigeant du PSU a comparé la croissance continue des "Trente Glorieuses" et les désastres engendrés par le libéralisme économique débridé des années Reagan-Thatcher. L’américain Milton Friedman qui en fut l’idéologue est pour lui un criminel contre l’humanité qui a agi en matière économique comme les créateurs de virus en informatique.

Reprenant plusieurs idées fortes du collectif Roosevelt 2012 qu’il avait contribué à fonder, Michel Rocard a considéré que le système bancaire mondial était depuis 2008 «en respiration artificielle» et dépendant des fonds publics pour sa survie. Il est revenu sur la nécessité d’une véritable séparation des activités bancaires, entre gestion des dépôts des épargnants et banque d’affaires.

Enfin, l’ambassadeur de France chargé des négociations internationales relatives aux pôles Arctique et Antarctique a livré un plaidoyer convaincu pour la réduction du temps de travail, considérant même qu’il était difficile d’atteindre un équilibre économique viable dans le temps au-delà de 30 heures de travail hebdomadaires

Rocard.jpgrocard2.jpgRappelant l’ouvrage de 1902 du socialiste Paul Lafargue sur Le droit à la paresse, il a conclu son propos sur la nécessité de retrouver un rythme de production moins frénétique dans une société qui ne retrouvera pas les taux de croissance élevés de l’après-1945 et doit s’adapter à cet état de fait.

Mêlant tout au long de son intervention son histoire politique personnelle, surtout l’aventure du PSU, et la nécessité pour les socialistes de s’emparer de problématiques laissées dans l’ombre comme la précarité, Michel Rocard n’a en tout cas pas laissé les militants socialistes du Val-d’Oise indifférents [et a enthousiasmé l'aile gauche du PS] !

pour Maintenant la Gauche Val-d'Oise
LM

Partager cet article
Repost0

commentaires