Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 mai 2010 1 17 /05 /mai /2010 08:50

LeoMoreau.jpgCertains au PS soulignent que nous devons prendre en compte dans la construction de notre projet les contraintes inhérentes à la situation budgétaire catastrophique que laissera la droite en 2012 si nous revenons au pouvoir. Mais au-delà des comptes publics, c'est l'ensemble des systèmes de protection collective mis en place depuis 1945 que la droite attaque et démantèle, ce qui doit nous inciter non pas à réduire nos ambitions faute de moyens mais bien à restaurer une protection sociale efficace pour tous, appuyée sur les ressources dégagées par une politique fiscale de gauche.

La proposition d'une allocation autonomie qui permette à chaque jeune de se consacrer pleinement à ses études fait partie des propositions phares qui s'inscrivent dans cette logique. L'inscription de l'allocation d'autonomie dans le texte de la convention, grâce à un amendement du MJS adopté par le CN, est un signal clair vers la mise en place d'un vrai statut social de la jeunesse en formation.
Si le diplôme demeure aujourd'hui la meilleure garantie contre le chômage, il est en effet essentiel que la société permette à tous à travers cette allocation d'acquérir des qualifications sans être obligé de se salarier pour payer ses études. Alors qu'un étudiant sur deux est aujourd'hui dans ce cas et que les dépenses obligatoires augmentent trois fois plus vite que les aides depuis 2001, alors que 90.000 jeunes arrêtent chaque année leurs études pour des raisons financières, le gouvernement ne propose rien d'autre aux jeunes qu'un droit à l'endettement à travers des prêts bancaires.
Face à cette politique irresponsable qui sacrifie le droit à l'avenir des jeunes, nous devrons porter l'allocation d'autonomie comme le moyen de permettre à chacun d'accéder à une formation et d'y réussir quelle que soit sa situation sociale et familiale. Cette allocation doit être universelle, car chaque jeune en formation ou en insertion doit y avoir droit, individualisée en fonction de la situation propre de chaque bénéficiaire, et d'un montant suffisant pour vivre et étudier sans avoir besoin de travailler.
Il faut saluer également l'inscription dans le texte de la convention d'une aide financière à la recherche du premier emploi, versée durant la période d'insertion professionnelle pour protéger les jeunes et leur éviter l'obligation d'accepter des emplois précaires. Ces propositions trouvent un large écho dans la jeunesse et il est désormais de la responsabilité du PS de les mettre en œuvre lors de son retour au pouvoir.

Léo Moreau
Section de la Vallée du Sausseron

Partager cet article

Repost0

commentaires