Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 septembre 2012 4 27 /09 /septembre /2012 10:50

IMAG0020.jpgLe 5 septembre 2012, les salariés de l'usine de cosmétiques EPB de Bezons, propriété du groupe américain REVLON, apprenaient brusquement la fermeture définitive de leur site et la suppression de 62 postes. Les raisons invoquées par le communiqué de la société sont « des difficultés financières et des pertes nettes depuis plusieurs années ».

Une fois de plus, les salariés sont pris de court et payent les choix de gestion du groupe REVLON, qui ont placé l'usine valdoisienne en difficulté : abandon de marques importantes, absence d'investissements dans l'usine elle-même et désorganisation sur les produits. Cette décision est d'autant plus détestable que l'usine dispose d'un carnet de commande plein et qu'une vingtaine d'intérimaires avaient été embauchés pour faire face à l'activité.

Ce sont donc plusieurs dizaines de salariés qui vont finir sur le carreau, certains travaillant sur le site depuis les années 1960 et dont l'âge ne permettra pas de retrouver un emploi.

Les militants socialistes valdoisiens de la motion 3 « Maintenant la Gauche » expriment leur solidarité avec les salariés concernés et appellent le gouvernement à réagir avec force face aux comportements de certaines sociétés qui mettent à mal des entreprises dont l'activité n'est pourtant pas en cause.

Ils rappellent que la motion 3 développe de nombreuses propositions qui peuvent servir au gouvernement de François Hollande et Jean-Marc Ayrault pour réussir le changement attendu par les Français.

  • La future Banque Publique d’Investissement devrait privilégier, en lien avec les Régions, les aides aux entreprises sous forme de capital, plutôt que sous forme de simples prêts, en particulier dans les entreprises qui pourraient être rachetées ou partir à l’étranger.
  • Par ailleurs, nous proposons de créer des outils nouveaux pour favoriser les reprises et transmissions d’entreprises, en particulier à travers des SCOP. Un fonds d’investissement coopératif abondé par un pourcentage des bénéfices des coopératives pourrait démultiplier les opportunités de cette nature.
  • Une stratégie défensive est aussi indispensable, pour ne pas laisser partir des entreprises, des brevets et des marques. Les lois prévues contre les licenciements économiques abusifs, sur l’obligation de reprise lorsqu’un repreneur crédible se présente et que le propriétaire de l’entreprise veut la fermer sont urgentes et essentielles. Le droit de préférence accordé aux salariés qui sont prêts à reprendre l’entreprise sera aussi très utile.
Partager cet article
Repost0

commentaires