Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 octobre 2012 7 28 /10 /octobre /2012 11:48
RESOLUTION DEPOSEE PAR LA MOTION 3 « MAINTENANT LA GAUCHE » AU CONGRES DE TOULOUSE DU PARTI SOCIALISTE

Conformément aux règles habituelles des congrès socialistes, les représentants de la motion 3 ont demandé que soit soumis au vote des délégué une résolution, s’appuyant sur les débats qui se sont déroulés depuis 3 jours. Cette demande a été rejetée par la direction et le premier secrétaire, ce que nous regrettons.
Voici le texte que nous avons déposé sur le bureau du Congrès

La compétitivité de notre économie a été, tout au long de ce congrès, au cœur de nos débats.
Nombreux ont été les intervenants de toutes les motions qui ont évoqué cette question. Délégués socialistes réunis en congrès ici, à Toulouse, nous tenons à réaffirmer que la politique économique ne se mène pas avec des « chocs ».
Face à cette crise sans précédent, nous soutenons avec force l’action de redressement productif, le soutien à la croissance et à la création d’emploi, et l’amélioration de la compétitivité. Mais, c’est de la compétitivité hors coût dont nous parlons.
Améliorer la compétitivité c’est investir dans la recherche et dans la formation.
Améliorer la compétitivité c’est relancer la production industrielle nationale pour la demande et non pour l’offre.
Les socialistes réunis en congrès refusent toute tentation, évoquée par la Droite et par le MEDEF, de baisses des salaires et des cotisations sociales.
Nous refusons qu’une hausse de la CSG ou de la TVA, faussement qualifiée de sociale, portée injustement par tous et notamment par les plus défavorisés, puisse compenser de nouveaux avantages au patronat , sans jamais se traduire par de réelles créations d’emplois.
Le travail est une valeur à laquelle tous les socialistes sont attachés.
Le prix du travail est plus bas en Espagne et pourtant le chômage y est dévastateur.
Le prix du travail est plus haut en Scandinavie et pourtant le chômage y est plus bas.

Socialistes réunis en congrès, nous réaffirmons que l’amélioration de notre compétitivité ne peut et ne doit, en aucun cas, être portée par une dégradation du pouvoir d’achat.
Ensemble, tournons-nous vers les investissements publics, la recherche et l’éducation. Attaquons-nous au poids des frais financiers, changeons la politique monétaire et douanière pour soutenir les exportations.
L'intérêt de tous les Français exige que nous agissions dans la durée, pour une société plus juste et plus redistributive.
Partager cet article
Repost0

commentaires