Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 10:07

combat_socialiste.jpgLe premier numéro de Combat Socialiste, journal des Jeunes militants de Maintenant la Gauche est paru le 22 mars dernier.

C'est notre camarade valdoisien Léo Moreau qui a rédigé le tout premier édito que vous trouverez ci-desous.

N'hésitez pas à retrouver Combat Socialiste sur sa page Facebook et à vous abonner au journal.

Chacun connait la situation économique et sociale dramatique de notre pays comme de l’Europe. Dès lors les gouvernements ont le choix entre continuer à imposer une austérité mortifère qui asphyxie les sociétés ou décider enfin d’une politique de relance économique par une action publique volontariste.

contrib 10-09-2012 8Nécessaire pour renouer avec la croissance, la relance ne l’est pas moins pour redonner un sens au jeu politique démocratique. Les logiques austéritaires ne se contentent pas en effet d’éloigner durablement l’espoir d’une amélioration de la situation économique et sociale, elles contribuent à creuser un fossé durable entre les citoyens et leurs institutions à travers l’idée que le politique est devenu impuissant à changer le cours des évènements.

L’alternative historique « socialisme ou barbarie » semble très actuelle à l’heure où la barbarie est hélas bien présente comme en témoigne la situation de la Grèce, la misère dans laquelle l’austérité plonge des peuples entiers et la résurgence de forces politiques de droite extrême, voire néonazies. Le socialisme quant à lui se fait attendre et la relance peut être son instrument pour rompre le cercle vicieux de la régression économique et sociale. C’est notamment la responsabilité du gouvernement de gauche en France où la victoire du 6 mai 2012 a été rendue possible non seulement par une volonté d’alternance mais par l’attente d’une véritable transformation sociale.

À l’heure où Barack Obama, peu suspect de crypto-guévarisme, se prononce par exemple pour une augmentation substantielle du salaire minimum aux États-Unis, il n’est plus temps de réduire les tenants de la relance à un idéalisme généreux mais oublieux des réalités. Revendiquer la relance et la nécessité de l’investissement public, c’est bien faire preuve de pragmatisme. Penser une politique industrielle rénovée, des prises de participation de l’État dans les secteurs stratégiques mais aussi l’augmentation des salaires ou l’allocation d’autonomie, voilà les défis qui attendent la gauche française. Face aux conservateurs qui nous entourent et à leur allié Barroso qui n’est plus que le syndic de faillite de la magnifique idée européenne, François Hollande incarne l’espoir d’un autre modèle. Nous devons désormais l’aider à le concrétiser en gardant à l’esprit le récent résultat électoral calamiteux en Italie de Mario Monti qui a au contraire imposé à son pays une austérité clairement rejetée par la population.

Nous assumons donc notre exigence vis-à-vis de la majorité politique de gauche à laquelle nous appartenons et pensons mieux servir ainsi la réussite du gouvernement et des socialistes au pouvoir qu’en mettant sous l’éteignoir pendant cinq ans les attentes et les impatiences légitimes de la majorité sociale. Puisse ce premier numéro de notre journal contribuer à fournir des éléments de réflexion utiles à tous ceux qui mèneront avec nous cette bataille !

Léo MOREAU

Partager cet article
Repost0

commentaires