Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 mars 2009 3 04 /03 /mars /2009 15:59
Du grain à moudre
par Julie Clarini et Brice Couturier
du lundi au vendredi de 18h30 à 19h15

Du grain à moudre



de Brice Couturier

Ecoutez




émission du mardi 3 mars 2009
André Gorz : précurseur ou prophète ?



« André Gorz est mort volontairement en 2007 mais, aujourd’hui, alors que nous vivons le difficile passage d’une société à une autre, nous avons plus que jamais besoin de son œuvre. » Voilà ce qu’écrivait Alain Touraine, en décembre dernier, dans Le Nouvel Observateur. Et, en effet, la crise que nous traversons n’est pas seulement économique, elle est aussi culturelle et morale. La question des effets de notre système de production sur les ressources de la planète et sur son climat, André Gorz y réfléchissait déjà il y une quarantaine d’années. Raison pour laquelle, avec Bernard Charbonneau ou encore Jacques Ellul, il peut être tenu pour l’un des fondateurs de l’écologie politique en France. Mais si les chrétiens Charbonneau et Ellul sont arrivés à l’écologie par une critique radicale de la logique technicienne, le chemin de Gorz, lui, passe par la confrontation de toute une vie avec le marxisme.
Son analyse des rapports sociaux s’énonce selon les catégories « d’aliénation » et de « conscience de classe ». Sa critique du capitalisme vise l’émancipation, l’autonomie, la réappropriation, par les acteurs, du sens de ce qu’ils produisent. Ses analyses des métamorphoses du travail et du salariat avaient une longueur d’avance, notamment lorsqu’il réfléchissait sur la montée de cette « non-classe » de chômeurs et de sous-employés, que Robert Castel définira comme « désaffiliée ».
Gorz, qui avait le souci de l’analyse concrète des situations concrètes autant que de la théorie, s’est aussi intéressé à l’économie de l’immatériel et à ses conséquences. Ses réflexions ont débouché sur des propositions concernant, par exemple, la durée du travail ou la création d’un revenu social universel.
Bref, la pensée d’André Gorz est de celles qui peuvent nous aider à penser la crise – ce à quoi nous nous employons chaque mardi dans le cadre de cette émission.

Invités


Sabine Hérold.  Présidente d'Alternatives Libérale


Christophe Fourel.  Directeur Général de l'Agence Nouvelle des Solidarités Actives


Arno Münster.  Maître de conférence de l'université de Picardie
Philosophe












les livres






Arno Münster
André Gorz ou Le socialisme difficile
Nouvelles éditions Lignes - octobre 2008


André Gorz a traversé la seconde moitié du XXe siècle en témoin lucide de ses mutations économiques et sociales. Disparu l'automne 2007, il a laissé une oeuvre critique exigeante qui n'est réductible à aucun des courants politiques constitués. Ses prises de position en faveur de la sortie progressive du capitalisme se fondent sur une proposition autogestionnaire très argumentée et s'articulent avec son souci précoce pour les enjeux écologiques. Car, affirmait-il, «c'est par la critique du modèle de consommation opulent que je suis devenu écologiste avant la lettre». Le socialisme qu'André Gorz appelle de ses voeux est celui qui saura faire face à l'urgence des enjeux sociaux, économiques et écologiques inédits auxquels le monde est aujourd'hui confronté. Le présent ouvrage, conçu comme un hommage, est également le premier à proposer un regard sur l'existence et l'oeuvre entières d'André Gorz.





Christophe Fourel (Dir.)
André Gorz, un penseur pour le XXIème siècle
La Découverte - Février 2009


Philosophe autodidacte d'origine autrichienne né à Vienne en 1923, proche de Jean-Paul Sartre, André Gorz est l'un des grands penseurs de la critique sociale du XXe siècle. Il a choisi de nous quitter à l'automne 2007 en compagnie de sa femme Dorine. L'acuité de sa pensée et la perspicacité de ses analyses prennent un nouveau relief aujourd'hui, tandis que l'économie mondiale est confrontée à l'une des crises les plus importantes de son histoire. Mais, pour André Gorz, l'enjeu n'est pas tant la sortie de cette crise, que la sortie du capitalisme lui-même. Sa pensée a influencé la gauche dans toute l'Europe. En France, bien sûr, sa terre d'adoption depuis 1949, où sa critique du capitalisme a long-temps accompagné le mouvement syndical, mais également en Allemagne et dans les pays scandinaves, où elle a souvent servi de socle théorique à l'action des mouvements écologistes. La clôture de son oeuvre autorise désormais l'exercice de l'interprétation et sa situation, plus générale, dans l'histoire de la pensée. Cet ouvrage, hommage à un philosophe d'exception, rassemble les contributions d'auteurs qui ont tous connu André Gorz et côtoyé de près sa production intellectuelle. Il montre l'ampleur et la pertinence de l'oeuvre, présentant et discutant les nombreuses thématiques qu'elle a abordées : l'écologie politique, la place du travail et du temps choisi, la critique du capitalisme, le revenu d'existence, etc. Invitant un large public à le découvrir, ou à le redécouvrir, l'ouvrage laisse enfin la parole à Gorz lui-même, à travers trois textes inédits.








les liens







> D'autres regards sur la crise sur franceculture.com

La crise financière comme vous n'en avez encore jamais entendu parler dans ce dossier avec des paroles d'intellectuels, un peu de pédagogie et un forum pour vous exprimer.






> L’agence nouvelle des solidarités actives

L’agence nouvelle des solidarités actives (« Solidarités actives ») est une association nouvellement créée (janvier 2006) pour mettre en œuvre des actions locales, expérimentales, innovantes, originales de lutte contre la pauvreté, en partenariat avec les pouvoirs publics et les entreprises. Notre pays a les moyens d’avoir moins de pauvreté et moins de chômage, en partant du niveau local pour favoriser les initiatives créatrices d’emploi, mieux utiliser les dépenses sociales, surmonter les clivages institutionnels entre d’innombrables acteurs.






> Alternatives Libérale

Ni socialistes, ni conservateurs, les libéraux expriment une troisième dimension de la vie politique [c'est eux qui le disent, NDLR]. Il est temps qu'elle ait sa voix en France, sans caricature ni compromission. Nous voulons une société de libertés, une démocratie véritable, une justice au service des citoyens, une prospérité partagée. Nous croyons que la liberté des individus ne s'oppose pas à la justice sociale, mais qu'au contraire elle en est le socle. Notre ambition: créer un grand mouvement libéral qui change enfin la donne dans notre pays sclérosé d'hypocrisies.
- Présentation officielle d'Alternatives Libérale -

Partager cet article

Repost0

commentaires