Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 octobre 2008 4 02 /10 /octobre /2008 14:30

Communiqué de presse de Benoît HAMON,

député européen, membre du bureau national du PS

 

                                                                                                          Paris, le 1 octobre 2008

Crise financière : le Gouvernement doit cesser d'ajouter de la crise à la crise


Après avoir annoncé que la crise financière des « subprimes » passerait sur la France comme le nuage de Tchernobyl, le Gouvernement cède désormais à la panique et perd de vue l'intérêt des Français. Le gouvernement ajoute de la crise à la crise.

 

Alors même qu'un budget de rigueur se prépare pour 2009, le Gouvernement se dit prêt à débloquer des milliards pour sauver des institutions financières qui ont pris des risques inconsidérés avec l'argent des épargnants, et qui ont agi avec une immoralité qui

 

Dans le même temps, le financement du logement social est menacé par la remise en cause possible du Livret A et des dizaines de milliers de ménages ne peuvent plus faire face à leurs échéances de prêts immobiliers, notamment concernant les prêts-relais. Il est urgent d'imposer aux banques, qui ont failli à leur mission, un moratoire sur les variations de taux et sur les prêts relais, comme il est essentiel de garantir la pérennité des ressources affectées au logement social.

 

Afin de faire face à ces enjeux fondamentaux pour la vie quotidienne des Français, le Gouvernement n'a plus d'autre choix que de remettre en cause le « paquet fiscal », ce qui assurera un gain immédiat de recettes fiscales d'une dizaine de milliards d'euros.

 

Nicolas Sarkozy veut moraliser le capitalisme. Qu'il moralise d'abord sa politique.

 

Le gouvernement réclame l'unité nationale. Qu'il commence par reprendre à ceux qui se sont enrichis par la spéculation depuis des années, les cadeaux qu'il leur a octroyés.

 

Nicolas Sarkozy veut mettre de l'ordre dans un marché devenu fou. Qu'il interrompe donc la privatisation de la poste et qu'il renonce à cette nouvelle dérégulation du marché du travail qui s'annonce avec la mise en ouvre du travail le dimanche.

Partager cet article

Repost0

commentaires