Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 mars 2008 4 13 /03 /mars /2008 16:21

Espoir Banlieue, les dangers du Plan Sarkozy-Amara

Choisir l'égalité républicaine plutôt que la stigmatisation et l'improvisation

À quelques semaines du premier tour des élections municipales, le Président de la République avait choisi de faire connaître ses priorités et sa méthode pour rénover la politique de la Ville. L'enjeu est d'importance. Les maux profonds dont souffrent nos quartiers ont débouché en 3 ans par deux fois sur des crises lourdes de conséquences, des émeutes à l'échelle nationale en novembre 2005, des émeutes plus localisés en novembre 2007 à Villiers-le-Bel. Dans les années qui viennent se joue donc la possibilité de rétablir l'égalité républicaine sur l'ensemble du territoire national ou le risque réel de voir le fossé s'agrandir et notre contrat social s'affaisser un peu plus. J'ai pris le temps de lire et relire ses annonces, de peser le pour et le contre, avant de vous faire part de mes réflexions à ce sujet.

Son introduction sur le sujet me surprend encore… Je passerai sur cette façon de développer un conservatisme compassionnel qu'on ne trouvait jusqu'ici que sous la plume des Républicains outre-atlantique, mais il pointe surtout du doigt une mise en cause « de l'idée que nous nous faisons de la laïcité » plus cruciale dans les quartiers populaires qu'ailleurs. De la part d'un Chef d'État qui s'emploie depuis son élection à brouiller l'image de la laïcité française avec force discours, il y a de quoi être soufflé par tant de culot ; rappelons-nous qu'au moment des émeutes de 2005, le gouvernement, dont il était le ministre de l'intérieur, avait instillé l'idée que les violences auraient été manipulées par les intégristes et les trafiquants (quand on sait que ces individus avaient tout intérêt à se faire oublier) quand dans le même temps nombre d'élus UMP recherchaient la médiation des imams et des pasteurs évangéliques pour aider au retour du calme.

1- Au cœur de son discours : l'accroissement des incertitudes sur le rôle concret de l'État dans les quartiers et dans son rapport avec les collectivités locales.

Ainsi il annonce sans plus de précision une réforme drastique de la géographie prioritaire. Et si l'on peut partager avec lui et d'autres le constat que jusqu'ici « aucun quartier n’est jamais sorti de ces dispositifs et zonages qui étaient censés constituer un moyen de revenir à l’égalité », je m'interroge encore sur la finalité pratique d'un tel discours.

[...]

Télécharger l'intégralité de l'article

Partager cet article

Repost0

commentaires