Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mars 2008 5 07 /03 /mars /2008 11:18
 
Du grain à moudre
par Julie Clarini et Brice Couturier
du lundi au vendredi de 17h à 17h55
  Du grain à moudre


  de Brice Couturier

Ecoutez

Podcast


 
  émission du jeudi 6 mars 2008
La productivité française : mythe ou réalité ?
 
 
Enfin, une performance économique dont notre pays peut s’enorgueillir : la France fait partie du peloton de tête dans un domaine, celui de la productivité horaire du travail par personne occupée. Il n’y a guère que le Luxembourg et la Norvège pour faire nettement mieux que nous. Mais ce sont des petits pays, ultra-spécialisés dans des activités à très forte valeur ajoutée, comme la finance et l’énergie, tandis que nous fabriquons des voitures et des avions, des produits alimentaires et des cosmétiques – activités réputées moins rentables que les banques luxembourgeoises et les puits de pétrole norvégiens.
Bravo, mais deux ombres viennent noircir ce tableau idyllique.
D’abord, cette productivité extraordinaire progresse lentement. Sans aller jusqu’à nous comparer avec des pays comme l’Estonie ou la Pologne, qui ne font que rattraper à toute vitesse leur retard, comparons-nous plus raisonnablement avec les Etats-Unis et la Suède. La productivité du travailleur américain a progressé au rythme annuel de 2 %, celui du Suédois de 1,8 %, celui de leur homologue français s’est tassé à 1,2% au cours de la décennie 1996-2005.
Ensuite, Michel Godet a été l’un des premiers à l’observer, lorsqu’on réserve le travail à la fraction la mieux qualifiée de la population, il n’est pas miraculeux d’obtenir des niveaux de productivité formidables. Or, seule 62 % de la population en âge de travailler peut le faire, dans notre pays, contre 71, 5 % aux Etats-Unis, et 72 % en Suède. Notre système a éliminé de l’emploi rémunéré l’immense majorité des 15-25 ans et une grande majorité des 55-65 ans, contrairement, là encore, à la Suède et aux Etats-Unis, pour réserver le travail aux 30-55 ans, réputés particulièrement rentables pour les employeurs.
Enfin, la France est l’un des pays de l’OCDE où le nombre d’heures travaillées par personne occupée est l’un des plus faibles de l’OCDE. Il semblerait donc que nous ayons pris l’habitude d’accomplir en 35 heures le même nombre de tâches que celles dont nous venions à bout en 39.
Alors : devons-nous réjouir d’être les travailleurs les plus productifs du monde ou presque ? Allons-nous demeurer longtemps en tête de ce hit-parade ? Quel sens donner à cette performance ?

 
Eric Heyer.  Economiste. Directeur adjoint du département Analyse et prévision de l'OFCE

 
Jean Marc Vittori.  Editorialiste au quotidien Les Echos

 
Guillaume Duval.  Rédacteur en chef de Alternatives économiques

 
 

 

 
Guillaume Duval
Sommes-nous paresseux?
Seuil - janvier 2008
 

Les Français sont-ils fâchés avec le travail ? Leur pouvoir d'achat est-il en berne ? Paient-ils trop d'impôts ? Sont-ils bien soignés ? Ont-ils trop peu l'esprit d'entreprise ? Pourquoi descendent-ils si souvent dans la rue ? Accueillent-ils trop d'immigrés ? Sont-ils condamnés au déclin ? Ces questions - et bien d'autres -, chacun se les pose et peu savent y répondre correctement, au-delà des slogans et des préjugés. En s'appuyant sur une information précise et diversifiée, Guillaume Duval dresse ici le portrait d'une société qui se connaît mal elle-même et réserve de nombreuses surprises.

 

 
Jean-Marc Vittori
Dictionnaire d'économie à l'usage des non-économistes
Grasset - Février 2008
 

L’économie est cette jungle où nous vivons, nous produisons, nous échangeons, nous gagnons de l’argent et nous en dépensons. Une jungle tellement touffue qu’elle provoque souvent l’incompréhension ou même la peur. Plutôt que de s’obstiner à la voir comme un jardinet bien dégagé ou un enfer, pourquoi ne pas la saisir par petites touches ? L’économie, c’est bien sûr des idées, des chiffres, des théories. Mais aussi des hommes, des produits, des entreprises, avec leurs histoires, leurs rêves, leurs exploits, leurs échecs. Ce livre propose tout cela à la fois, en dressant un tableau impressionniste d’une économie que l’on peut apprécier, détester, déchiffrer mais plus ignorer. Si nous voulons vraiment comprendre le monde d’aujourd’hui, il est urgent de dépasser le cliché d’une économie triste ou horrible. L’économie, c’est d’abord des histoires d’hommes et de femmes qui produisent, échangent, consomment et rêvent. C’est ensuite des entreprises, des objets, des institutions publiques, des lieux. C’est enfin des idées, des penseurs, des concepts. Ce livre propose l’inverse d’une grande théorie : il dresse par petites touches le tableau d’une économie qui n’est pas toujours ce que l’on croit. Mot à mot, il éclaire des pans petits ou grands de ce champ immense. » J.M.V. D’Adam Smith à Pierre Bérégovoy, de Michelin à EADS, en passant par le micro crédit et les stock options, Jean-Marc Vittori nous livre une approche souvent insolente et personnelle des concepts, des acteurs et des théoriciens de l’économie. Sans souci d’objectivité ni d’exhaustivité, loin des idées reçues et du conformisme, ce dictionnaire se met à la portée des novices tout autant qu’il s’adresse aux spécialistes.

 

 
OFCE - OBSERVATOIRE FRANÇAIS DES CONJONCTURES ÉCONOMIQUES
L'économie française 2007
La Découverte - septembre 2006
 

Collection Économie, n° 463
L'économie française 2007
Comme chaque année, l'OFCE propose dans la collection « Repères » un bilan accessible et rigoureux de l'économie française. L'édition 2007 est la suite d'une nouvelle série profondément remaniée qui présente l'état de la conjoncture, les principales tendances et les grands problèmes. Des références bibliographiques, de nombreux tableaux et graphiques, ainsi qu'une liste de sites web de bases de données comparant la France à ses principaux partenaires complètent un ouvrage dont les précédentes éditions ont été particulièrement bien accueillies par les lecteurs, les spécialistes et la presse.

 
 

 
Xavier Timbaud, Dirigé par Eric Heyer
L'économie française 2004-2005
La découverte / Repères - 9 septembre 2004
 

Bilan des principales tendances conjoncturelles et des grands problèmes de l'économie française. Analyse l'économie dans toutes ses composantes et plus particulièrement la recherche du plein emploi, à la lumière de la place occupée par l'Etat dans l'économie et de l'évolution du tissu productif français. Propose des analyses thématiques plus approfondies (fiscalité, retraite, asurance maladie...).

Partager cet article

Repost0

commentaires