Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 octobre 2018 1 15 /10 /octobre /2018 08:48

communiqué de presse du lundi 15 octobre 2018 des membres de « L'Union & l'Espoir » au sein du PS du Val-d'Oise

Élus locaux et responsables valdoisiens du Parti socialiste, nous annonçons aujourd'hui notre départ du PS avec d'autres militants.

Nous nous sommes engagés parce que nous voulions une société plus juste, une société plus libre, une société plus démocratique, parce que nous voulions agir pour améliorer la vie de nos concitoyens, au plus près d'eux évidemment, mais aussi plus largement porter des réformes qui mettent en œuvre un idéal révolutionnaire – Liberté, Égalité, Fraternité – pour changer la vie.

Le socialisme est né de la conscience de l'égalité humaine, alors que la société où nous vivons est tout entière fondée sur le privilège. Longtemps, il nous est apparu que le PS était l'organisation politique capable de transformer le réel dans ce sens. Nous constatons avec tristesse et regret qu'il a cessé de l'être.

Depuis 25 ans, l'ensemble de la social-démocratie européenne a peu à peu cédé devant le Libéralisme et a cessé de résister devant les multinationales et les intérêts privés des groupes financiers. Pendant quelques années, le PS a semblé moins atteint par la dérive initiée par Tony Blair. Las, le mandat de François Hollande a démontré qu'au pouvoir nous avions également abdiqué devant la « pensée unique ». On connaît les conséquences : des réussites ténues, mais une politique injuste socialement, inefficace économiquement, des écarts sur nos valeurs républicaines (politique migratoire, déchéance de nationalité), une incompréhension puis un rejet par nos concitoyens, par le peuple de gauche.

La déroute électorale du PS a laissé s'affronter un populisme libéral (Emmanuel Macron) et un populisme xénophobe (Marine Le Pen). Nombre de dirigeants « socialistes » étaient prêts en 2017 à vendre leur âme pour un soutien du nouveau Président.

On aurait pu imaginer que le PS apprendrait de la double déroute présidentielle et législative : il n'en est rien. Le congrès d'avril 2018 a reconduit une équipe renouvelée en apparence mais dans la continuité de ceux qui nous avaient menés au désastre : aucun bilan du quinquennat, un parti en pleine inertie, incapable de parler au reste de la gauche et au mouvement social, sans orientation, inaudible des Français. La « Renaissance » promise aux militants ressemble à une glaciation.

À l'approche des élections européennes, la direction du PS a fait adopter un texte qui ressemble à une belle lettre au Père Noël, comme à la veille des précédents scrutins européens. Mais elle refuse d'être cohérente en posant des conditions à la social-démocratie européenne : alors que celle-ci fait les yeux doux à Emmanuel Macron, les dirigeants nationaux du PS ont annoncé qu'ils se plieraient aux choix du PSE pour leur programme électoral et leur candidat à la présidence de la Commission européenne.Ils refusent l'idée même de proposer à la gauche française de s'unir aux Européennes. Les mêmes logiques produiront les mêmes effets : compromissions avec les droites européennes et des promesses qui n'engagent donc que ceux qui y croient… au risque à nouveau de perdre toute crédibilité.

Nous voulons faire cesser donc une mascarade ou tout du moins cesser de lui apporter notre caution. Nous partons d'un PS qui pour nous ne porte plus le Socialisme.

Nous partons mais nous conservons tout notre respect et toute notre amitié pour les militants du PS valdoisien et nombre de leurs responsables. Nous pensons que comme beaucoup d'autres ils ont été abusés. Les uns et les autres, même séparés, nous resterons des socialistes ; malgré tout, nous resterons des frères, des camarades, qu’aura séparés une querelle, mais une querelle de famille, et qu’un foyer commun pourra encore réunir.

Nous partons construire une Alternative à la fois républicaine, écologiste et socialiste aux côtés d'Emmanuel Maurel, député européen, notre camarade d'Ecouen. Nous partons construire une des bases du foyer commun.

Signataires :

Frédéric Faravel, secrétaire fédéral démissionnaire du PS95, membre démissionnaire du conseil national du PS (Bezons), mandataire départemental démissionnaire de la motion l'Union & l'Espoir

Adélaïde Piazzi, conseillère municipale de Montmorency, secrétaire fédérale démissionnaire du PS95, membre démissionnaire du conseil national du PS, Sébastien Lombard, conseiller municipal de Persan, secrétaire fédéral démissionnaire du PS95, membre démissionnaire du conseil national du PS, Maya Sebaoun, conseillère municipale de Franconville, membre démissionnaire du Bureau fédéral du PS95, Didier Dague, conseiller municipal de Courdimanche et conseiller communautaire de Cergy-Pontoise, secrétaire de section démissionnaire, membre démissionnaire du conseil fédéral du PS95, Aboubacar Sylla, membre démissionnaire du conseil fédéral du PS95 (Eaubonne), Michelle Rinaldelli, conseillère municipale de Persan, Shaista Raja, membre démissionnaire du conseil fédéral du PS95 (Sarcelles), Thierry Garcin, conseiller municipal de Maffliers, membre démissionnaire du BFA du PS95, Guillaume Poisson, adjoint au Maire de Bouffémont, secrétaire de section et membre démissionnaire du conseil fédéral du PS95, Bruno Crinon, membre démissionnaire du BFA du PS95 (Fosses), Fabrice Rizzoli, conseiller municipal de Deuil-la-Barre, Jean-François Dupland secrétaire de section adjoint d'Herblay et de nombreux autres militant.es du PS95

Partager cet article

Repost0

commentaires