Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 avril 2018 3 11 /04 /avril /2018 13:49

Samedi 7 et dimanche 8 avril 2018, se tenait à Aubervilliers le 78ème congrès du Parti socialiste.

Deux intervenants valdoisiens se sont exprimés au titre du texte d'orientation n° 4 "L'Union & l'Espoir". Vous trouverez donc ci dessous l'intervention de Frédéric Faravel, mandataire valdoisien du T04, répondant vers 16h à l'adresse du PS sur la question européenne (préparée par la nouvelle direction), et celle d'Emmanuel Maurel, premier signataire du TO4, qui a sans doute donné vers 17h le plus beau, construit, clair et cohérent discours du congrès.

"Il me revient la tâche de vous expliquer les raisons pour lesquelles "L’Union & l’Espoir" s’abstiendra sur le texte qui nous est présenté.

La démarche proposée n’est pas inintéressante, mais nous croyons que la question européenne, ses enjeux méritent un véritable débat interne et approfondi. C’est d’ailleurs prévu à l’automne ; et il est heureux que nous préparions sérieusement les élections européennes en nous donnant enfin une orientation solide, qui parle à nouveau aux classes moyennes et populaires, qui permette enfin de faire reculer la défiance qui s’est enkystée à cause de la dérive ordo-libérale de la construction européenne à coup de Traité d’Amsterdam, de Traité de Lisbonne puis de Traité Merkozy !

La définition de notre orientation européenne mérite un temps prolongé et organisé de débat et de réflexion, avec les militants, pour ne pas réitérer les erreurs passées et répondre efficacement aux questions posées par une social-démocratie européenne, qui, si elle reste notre camp naturel, n’en finit pas de se débattre avec de graves contradictions.

Nos concitoyens méritent mieux qu’une nouvelle répétition des slogans des campagnes européennes précédentes, inaudibles car usés à force d’avoir été ressassés.

Et puis autant se le dire franchement camarades, la priorité de ce congrès, qui se tient en parallèle avec un mouvement social qui prend et dont les motivations sont fondées, était de s’adresser aux salariés qui luttent, aux Français qui voient leur pouvoir d’achat attaqué, leurs services publics mis à mal. Dire finalement à tous ceux pour qui naturellement nous devons nous battre que les socialistes sont à leurs côtés. Il est encore temps de s'adresser à eux, de parler au corps central de la société, de parler au peuple de gauche !"

"Je lis qu’on s’interroge sur notre place. J’entends qu’on s’émeut du risque d’instrumentalisation du mouvement social. Quelle curieuse inquiétude ! Qu’un parti politique de gauche se mobilise pour aider à construire un rapport de forces, quoi de plus naturel ?

Notre rôle n’est pas seulement de contester cette réforme au Parlement, notre place est aussi, évidemment, aux cotés du mouvement social. Dans la rue, dans la société, avec toutes celles et tous ceux, sans exclusive et sans anathème, qui entendent faire échec à la politique de Macron.

Léon Blum, dans son célèbre discours de 1920, le résumait ainsi : « autonomie des organisations, communauté des buts, moyens différenciés, capacités d’action communes ». Cela reste vrai aujourd'hui."

[...]  "Nous ne sommes pas condamnés, pour paraphraser un de nos plus grands poètes, à ce que « l'automne éternel » soit notre « saison mentale ».

Déjà la froidure se dissipe, et l'air est plein de la promesse des fleurs et des fruits. Il faut faire confiance au printemps qui vient. Il faut faire confiance au socialisme."

Emmanuel Maurel et Frédéric Faravel le samedi 7 avril 2018 à AubervilliersEmmanuel Maurel et Frédéric Faravel le samedi 7 avril 2018 à Aubervilliers

Emmanuel Maurel et Frédéric Faravel le samedi 7 avril 2018 à Aubervilliers

Partager cet article

Repost0

commentaires